Paradise papers : à Amiens, Whirlpool fait profil bas

Whirlpool s'ajoute à la longue liste des multinationales accusées d'évasion fiscale dans les Paradise papers. À Amiens (Somme), les salariés de l'entreprise font la grimace.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

À Whirlpool, à Amiens (Somme), on semblait très loin ces derniers temps des paradis fiscaux. Sauf que ce matin, mardi 7 novembre, les salariés ont appris que leur entreprise était concernée par le scandale des Paradise papers. "Ras le bol. Ils nous disaient qu'il n'y avait pas d'argent. On ne faisait pas d'intéressement, pas de participation aux bénéfices, on ne gagnait pas de pognon et vous voyez ça...", s'étrangle un salarié remonté.

Montage financier

Il n'y a pas d'argent pour les ouvriers d'Amiens, malgré un milliard de dollars de bénéfices effectués par le groupe américain en 2015. Appleby, un cabinet d'avocats bermudien aurait préparé pour Whirlpool un système complexe d'optimisation fiscale. Mais pour le groupe américain, c'est juste du business et il n'y a rien d'illégal. Une question pour finir : l'optimisation fiscale est-elle la cause de la délocalisation de Whirpool Amiens en Pologne ? Non, assure le géant américain qui rappelle que le site picard perdait plusieurs millions d'euros chaque année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Usine Whirlpool à Lodz, en Pologne, en avril 2017.
Usine Whirlpool à Lodz, en Pologne, en avril 2017. (WOJTEK RADWANSKI / AFP)