"Ce qui est acceptable, c'est une augmentation qui est conforme à ce qui se fait depuis des années et qui serait liée, et exclusivement liée, à des critères objectifs comme l'inflation", a tranché Laurence Parisot, lundi 25 juin sur France 2, à propos de la hausse du smic promise par le gouvernement socialiste. "Toute augmentation au-delà des critères objectifs ferait peser un risque majeur pour l'emploi", affirme la présidente du Medef.

A quelques heures de l'ouverture du séminaire que réunit sur les questions budgétaires le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, Laurence Parisot appelle aussi l'exécutif à "faire un effort" en matière de réduction des dépenses. "Il faut, pour une augmentation de 1 euro des recettes fiscales, peut-être préparer la baisse de 2 euros de dépenses".

Laurence Parisot, la présidente du Medef, le 19 juin 2012, au siège de l'organisation patronale à Paris.
Laurence Parisot, la présidente du Medef, le 19 juin 2012, au siège de l'organisation patronale à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)