VIDEO. Les salariés de Caddie amers malgré le plan de reprise

Bien que le tribunal du commerce a validé le plan de reprise de Caddie par l’ancien directeur général, 250 emplois seront supprimés. Une équipe de France 3 s’est rendue sur le site historique du groupe à Drusenheim en Alsace.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Ils ne seront que 128 à reprendre le travail au sein de Caddie à Drusenheim en Alsace. Le tribunal du commerce a validé le plan de sauvetage de l’entreprise. Les deux tiers des ouvriers restants sont licenciés. Devant le siège du fabricant de chariots, les salariés sont partagés entre la joie d’être sauvés et le désespoir de perdre de nombreux collègues. "Quand je pense qu’il y a 250 salariés qui vont rester sur le carreau pour peu de repris, on peut dire que c’est une catastrophe" déplore Thierry Carl, élu CFTC au CE. "On ne travaille plus, on ne fait plus rien, c’est fini. Mon avenir va se passer à la maison et on me traitera de fainéant, de chômeur. Nous on veut travailler" lâche un ouvrier.

Relancer Caddie

En juin 2014, le groupe Altia avait annoncé qu’il déposerait le bilan. "Je reprends l’engagement de refaire tout le site pour que les affaires marchent bien et de reprendre les salariés que nous avons été obligés de licencier", espère Stéphane Dedieu, le repreneur et ancien directeur général qui rajoute : "Il est très important de protéger les entreprises françaises et la marque Caddie". Le chiffre d’affaires est estimé à 17 millions d’euros en 2015 contre plus du double en 2013. Le nouveau patron s’est engagé à ne pas faire de licenciement pendant deux ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le tribunal de commerce de Paris se penche sur le cas de la société alsacienne Caddie, lundi 20 octobre 2014. 
Le tribunal de commerce de Paris se penche sur le cas de la société alsacienne Caddie, lundi 20 octobre 2014.  ( AFP )