Les conseils de Caroline Sauvajol-Rialland, maître de conférence à Sciences-Po Paris, consultante en gestion de l'information dans l'entreprise, pour "Comprendre et maîtriser la déferlante d'informations".

Vous avez dit "infobésité" ? Un néologisme, revendiqué par les Américains et les Canadiens, pour désigner le sentiment de trop-plein, d'overdose d'informations qui nous envahit aujourd'hui et donne naissance à une nouvelle pathologie. Une surcharge non pas pondérale, mais "informationnelle".

Quelques chiffres : 2/3 des cadres sont concernés ; 1 salarié sur 4 passerait 1 heure par jour à dépouiller ses mails ; il reçoit 10 fois plus d'infos qu'il y a 15 ans, et en produit 10 % de plus chaque année ; ces 30 dernières années en ont fourni plus qu'en 5.000 ans d'histoire...

Comment se déconnecter pour éviter le burn-out ? D'abord prendre conscience du problème, sortir de l'idée que l'info est un bien : elle peut être aussi un polluant. Construire son propre système d'information, dire non au traitement réflexe des mails "au fil de l'eau", mais paramétrer sa messagerie pour organiser soi-même ce traitement et reprendre le contrôle... donc diminuer le stress.

Et côté vie privée ?  Le phénomène concerne surtout l'entreprise, car il y est subi. Il induit des risques pour l'individu mais aussi pour l'entreprise, en termes de performances.

Enfin, des conseils pour préparer votre retour de vacances... prises dans un endroit où vous ne serez pas connecté - un vrai luxe !

Selon une étude américaine rendue publique mardi 4 juin 2013, les pauses cigarettes représentent pour l'entreprise un manque à gagner moyen de 2 350 euros par employé fumeur et par an.
Selon une étude américaine rendue publique mardi 4 juin 2013, les pauses cigarettes représentent pour l'entreprise un manque à gagner moyen de 2 350 euros par employé fumeur et par an. (VASILIKI VARVAKI / E+ / GETTY IMAGES)