Face à la fronde des enseignes de bricolage Castorama et Leroy Merlin, qui ont ouvert quatorze magasins pourtant frappés d'une interdiction d'ouverture dimanche 29 septembre, le gouvernement va engager une concertation sur le travail dominical afin de clarifier la législation en la matière. Ce débat sur le travail le dimanche témoigne d'un "décalage croissant entre la société française et ceux qui la représentent : les syndicats et les politiques", explique François Lenglet, chef du service France à la rédaction de France 2.

"Du côté des Français, tant chez les salariés que les chez les consommateurs, on souhaite plus de souplesse dans les horaires de travail, pourvu qu'elle soit encadrée et rémunérée. La société a changé, assure le journaliste économique. Et l'essor du commerce en ligne, qui ne connaît pas d'horaires, a sans doute fait bouger les mentalités. A l'inverse, dans les syndicats et les partis politiques, on s'accroche aux symboles."

"En France, ce sont les tribunaux qui fixent la durée du travail dans les magasins, alors que cela devrait être le patronat et les syndicats", souligne ce spécialiste de l'économie. "L'implication de plus en plus forte des juges dans la vie sociale signe la faiblesse problématique du dialogue social à la française."

François Lenglet, chef du service France à la rédaction de France 2, le 30 novembre 2012 à Paris, lors du colloque "Les entretiens du Trésor" au centre de conférence du ministère de l'Economie.
François Lenglet, chef du service France à la rédaction de France 2, le 30 novembre 2012 à Paris, lors du colloque "Les entretiens du Trésor" au centre de conférence du ministère de l'Economie. (MAXPPP)