"Il faut sortir du désordre absolu dans lequel on se trouve, dans lequel les uns peuvent ouvrir, d'autres pas", juge François Bayrou. Le président du MoDem a estimé, lundi 30 septembre sur i-Télé, qu'il était nécessaire d'avoir "une loi qui permette à tout le monde de savoir quelle est la règle" en matière de travail dominical.

L'ex-candidat centriste à l'Elysée précise sa "sensibilité" : "c'est plutôt d'avoir un jour dans la semaine qui n'est pas consacré au commerce". Une ligne proche de celle de la démocratie-chrétienne européenne. "C'est aussi la vision de très grandes civilisations qui se sont accordées pour dire qu'il fallait qu'il y ait un jour dans la semaine où ce n'est pas le commerce qui passe en premier", a fait valoir l'ancien député béarnais.

François Bayrou a aussi souligné l'impact pour des petits commerces d'une ouverture dominicale des grandes surfaces : "Ou ils sont obligés d'ouvrir aussi, et quand vous êtes deux à tenir un commerce vous voyez ce que ça implique, ou bien ils perdent du chiffre d'affaires."

Le président du MoDem, François Bayrou, le 29 septembre 2013 à Guidel (Morbihan) pour l'université de rentrée de son parti.
Le président du MoDem, François Bayrou, le 29 septembre 2013 à Guidel (Morbihan) pour l'université de rentrée de son parti. (FRED TANNEAU / AFP)