Des salariés manifestent pour défendre le travail dominical

Ils protestent contre la fermeture imposée de quinze magasins de bricolage en Ile-de-France, refusant la perte de revenu qui en résulte. Leroy Merlin a fait appel de la décision de justice et va donc, pour le moment, continuer d'ouvrir ses magasins ce jour-là.

Un rassemblement du Collectif de salaries Les bricoleurs du dimanche pour reclamer l'autorisation d'ouvrir le dimanche pour les magasins de bricolage Castorama et Leroy Merlin, le 17 avril 2013.
Un rassemblement du Collectif de salaries Les bricoleurs du dimanche pour reclamer l'autorisation d'ouvrir le dimanche pour les magasins de bricolage Castorama et Leroy Merlin, le 17 avril 2013. (PRM / SIPA)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Plusieurs dizaines de salariés manifestaient, vendredi 27 septembre, devant des préfectures d'Ile-de-France "pour défendre leur droit à travailler le dimanche" et demander des autorisations d'ouverture. Ces manifestations interviennent au lendemain de la décision du tribunal de commerce de Bobigny ordonnant à quinze magasins de bricolage Castorama et Leroy Merlin de région parisienne de cesser d'ouvrir le dimanche.

Voir la vidéo
SIMON ROCTIER et FABIEN TORMOS - FRANCE 2

Un revenu "vital" pour les employés

"Nous voulons obtenir une accélération de la procédure concernant les autorisations préfectorales permettant l'ouverture du dimanche", explique Gérald Fillon, salarié chez Leroy Merlin, membre du collectif Bricoleurs du dimanche, qui milite pour le travail dominical. Plus d'une centaine de personnes ont manifesté devant les préfectures de Créteil (Val-de-Marne), de Bobigny (Seine-Saint-Denis) et de Melun (Seine-et-Marne).

"Sur ma fiche de paie, chaque dimanche travaillé, c'est 150 euros net en plus. Je travaille deux dimanches par mois, sur la base du volontariat. Sur un an, ça fait plus de 3 000 euros de perdus", déplore, à Créteil, Stéphane Thimon, salarié depuis deux ans du magasin Leroy Merlin de Vitry (Val-de-Marne), un des quinze magasins visés par la décision rendue jeudi.

Leroy Merlin va faire appel de la décision

La loi autorise les commerces à ouvrir le dimanche, mais seulement sur dérogation et sous certaines conditions. Une délégation de quatre salariés a été reçue par la chef de cabinet du préfet de Créteil, qui leur a indiqué qu'elle allait voir avec le préfet comment accélérer les demandes de dérogations. "Les familles angoissent car le travail du dimanche est devenu vital en cette époque de crise", estime Jean-Marc Cicuto, délégué syndical central CFTC.

Dans la foulée, les groupe de bricolage Leroy Merlin et Castorama ont annoncé leur décision de braver l'interdiction d'ouverture dominicale dans les magasins concernés, le premier annonçant son intention de faire appel de la décision de justice "Nous partageons l'inquiétude de nos équipes, a déclaré un porte-parole de Leroy Merlin. Nous avons décidé de faire appel, et de maintenir, pour le moment, l'activité des neuf magasins qui sont concernés par la décision du tribunal de Bobigny. Ce dimanche, les neuf magasins seront ouverts."