Salaires, primes : les avantages des salariés de Paris Habitat

"Le Parisien" révèle les généreuses pratiques salariales du premier bailleur social d'Ile-de-France.

 Stéphane Dambrine, le directeur général de Paris Habitat, le 11 février 2015 à Paris, lors d'une exposition au Pavillon de l'Arsenal.
Stéphane Dambrine, le directeur général de Paris Habitat, le 11 février 2015 à Paris, lors d'une exposition au Pavillon de l'Arsenal. (CITIZENSIDE/ SAAD AAS / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Voilà qui fait mauvais genre quand les services publics sont appelés à se serrer la ceinture en temps de crise. Les généreuses pratiques salariales de Paris Habitat, le premier bailleur social d'Ile-de-France et ses 122 000 logements sociaux, ne cessent d'être épinglées. Il y a d'abord eu la Milos, la mission interministérielle d'inspection du logement social en 2013, puis l'inspection générale de la Ville de Paris en 2014, et enfin la maire de Paris, Anne Hidalgo, en 2015. Samedi 30 janvier, Le Parisien révèle les "surprenantes largesses" de cet office public HLM envers ses 3 000 salariés et leurs patrons. 

Des salaires de plus en plus confortables (surtout pour les dirigeants)

Chez Paris Habitat, le salaire moyen est de 3 170 euros par mois. Un gardien d'immeuble gagne, lui, environ 2 300 euros bruts mensuels. Mais pour les directeurs, les rémunérations s'envolent.

Les directeurs territoriaux ou en charge d'une branche perçoivent, selon les informations du journal local, entre 6 000 et 7 000 euros par mois. Les directeurs généraux adjoints émargent à 9 500 voire 10 000 euros nets mensuels. Et le directeur général, Stéphane Dambrine, bénéficie lui en plus d'un "parachute doré" de 500 000 euros, en cas de licenciement, écrit le quotidien régional. L'un des directeurs généraux adjoints profite en plus depuis quinze ans d'un logement aidé dans le parc de Paris Habitat, affirme Le Parisien.

L'ensemble des rémunérations a bondi de 20% depuis 2006, avance le quotidien régional. Mais pour les dirigeants, c'est allé encore plus vite. Le Parisien a pu consulter les bilans confidentiels présentés chaque année aux administrateurs de Paris Habitat. Leur lecture révèle qu'entre 2006 et 2014, le poste "organes de direction" est passé de 2,4 à 3,34 millions d'euros, soit un bond de 40%. La faute à un nombre conséquent de directeurs, "14 ou 15" en 2014, selon la direction, interrogée par le journal.

Des primes et des bonus variés en augmentation

Chaque employé de Paris Habitat touche un 13e mois ainsi qu'une prime d'objectif, auxquels viennent s'ajouter d'autres dispositions qui feraient rêver de nombreux salariés. Il peut par exemple racheter ses 22 jours de RTT annuels et jusqu'à sept jours sur ses sept semaines de congés - plus une s'il part hors vacances scolaires - à leur valeur réelle. Et ces sommes peuvent être placées sur des comptes durant cinq ans alimentés "à hauteur de 30%" par l'entreprise.

Depuis 2006, le bailleur social a aussi instauré une prime d'intéressement. En huit ans, celle-ci a plus que doublé, passant de 457 euros à 1 048 euros en moyenne par salarié et par an. Cette hausse s'est même accélérée sur les six dernières années, entre 2008 et 2014. Son enveloppe budgétaire a presque doublé, dépassant les 3 millions d'euros, affirme Le Parisien.

Autre prime pointée du doigt par le quotidien régional : celle de 200 euros accordée à chaque salarié en 2015, en récompense de la certification ISO de Paris Habitat.