Virgin : le tribunal de commerce de Paris prononce la liquidation judiciaire

Cette décision marque la fin de l'enseigne culturelle, qui emploie 960 salariés en France.

Des salariés de Virgin à Strasbourg (Bas-Rhin) occupent leur lieu de travail, le 11 juin 2013.
Des salariés de Virgin à Strasbourg (Bas-Rhin) occupent leur lieu de travail, le 11 juin 2013. (G. VARELA / 20 MINUTES / SIPA)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est fini pour Virgin. Le tribunal de commerce de Paris a prononcé, lundi 17 juin, la liquidation judiciaire de l'enseigne culturelle, qui emploie 960 salariés en France. Une semaine auparavant, le tribunal avait rejeté deux offres de reprise pour cette société placée en redressement judiciaire depuis le mois de janvier. 

Mercredi, la direction avait bouclé ses 26 magasins pour des raisons de sécurité, après l'occupation des locaux par des salariés. Sylvain Alias, délégué du syndicat Sud, a expliqué la semaine passée vouloir désormais faire pression sur Lagardère, actionnaire à près de 20% de l'enseigne Virgin, pour le plan de sauvegarde de l'emploi. Le groupe Lagardère a proposé de reclasser 80 salariés dans ses différentes structures.

15 millions réclamés pour le plan social

Huit magasins Virgin Megastore sur vingt-six restent occupés. Parmi eux, les boutiques parisiennes des Champs-Elysées, de Barbès, des Grands Boulevards, mais également celles de Strasbourg (Bas-Rhin), Rouen (Seine-Maritime), Dunkerque (Nord) et Avignon (Vaucluse), selon Guy Olharan, de la CGT.

Un comité d'entreprise est programmé le 24 juin pour évoquer les modalités du plan social pour les 960 salariés, et la quarantaine de salariés des filiales. Pour l'instant, ce plan est doté d'un budget de 8 millions d'euros, alors que les salariés réclament 15 millions.