Engie va supprimer 618 postes, dont plus de 400 en France

Parallèlement, 114 créations de postes sont prévues, essentiellement en France (104), selon des sources syndicales.

Le fournisseur français d\'électricité et de gaz a réduit en 2016 sa perte nette à 400 millions d\'euros. 
Le fournisseur français d'électricité et de gaz a réduit en 2016 sa perte nette à 400 millions d'euros.  (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Engie réorganise ses fonctions support. Dans ce cadre, le groupe a annoncé, mercredi 19 avril, la suppression de plusieurs centaines de postes, avec au total 618 salariés impactés en France, Belgique et Royaume-Uni. Le plus gros de ces suppressions de postes, qui seront réalisées via des départs volontaires, des mobilités internes et des retraites anticipées d'ici fin 2018, touchera la France où 416 salariés sont concernés, ont indiqué des sources syndicales.

En Belgique, 126 salariés sont concernés et 76 au Royaume-Uni, où tout l'effectif sera impacté et la structure fermée. Parallèlement, 114 créations de postes sont prévues, essentiellement en France (104), selon des sources syndicales.

"Aucun licenciement"

Engie est engagé dans un vaste plan de transformation et d'économies sur trois ans, avec l'ambition de devenir, d'ici à 2018, le chef de file mondial de la transition énergétique. Il présentera cette restructuration jeudi aux instances locales, avec en France la réunion d'un comité d'entreprise.

"Cette évolution reposera sur le seul principe du volontariat et ne conduira à aucun licenciement", a indiqué le fournisseur français d'électricité et de gaz, qui a réduit en 2016 sa perte nette à 400 millions d'euros (contre 4,6 milliards en 2015) et a décidé début mars d'accélérer son plan d'économies. Des négociations sont déjà en cours sur les mesures d'accompagnement, ont précisé les sources syndicales.