Chantiers navals de Saint-Nazaire : bataille autour d'un fleuron industriel

Les chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et leurs 2 500 salariés pourraient passer sous pavillon chinois. Le site est en pleine santé, mais le groupe coréen qui le possède est en pleine débâcle. Une nationalisation par le gouvernement français aurait même été évoquée.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Tout faire pour éviter qu'un fleuron industriel passe sous pavillon chinois, c'est le souhait de l'État qui veut avoir son mot à dire sur le repreneur des chantiers de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Un fonds d'investissement chinois soutenu par les Britanniques serait le plus intéressé par la vente, ce que redoute l'État français.

Le propriétaire sud-coréen STX en difficulté

"Nous examinerons le projet industriel et nous ferons attention qu'il n'y ait pas des candidats qui aient pour intérêt de prendre notre savoir-faire et notre technologie, mais ne se soucient pas du devenir industriel du site de Saint-Nazaire", assure Christophe Sirugue, secrétaire d'État chargé de l'industrie. Cela fait plusieurs mois que le propriétaire sud-coréen STX est en difficulté et veut céder ses parts : 66%. L'État possède lui plus de 33% et veut donc faire entendre sa voix. Sur les chantiers, la priorité reste le carnet de commandes pour les salariés. Les 2 600 employés ont 14 navires à construire dans les dix prochaines années. FO demande l'intervention de l'État pour protéger l'emploi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les chantiers navals de Saint-Nazaire le 2 septembre 2016
Les chantiers navals de Saint-Nazaire le 2 septembre 2016 (LOIC VENANCE / AFP)