Burger King se prépare à avaler Quick

Si la vente est conclue, les quelque 400 Quick de France passeront progressivement sous l'enseigne Burger King. La marque Quick ne serait plus exploitée que dans une centaine d'établissements à l'étranger, notamment en Belgique et au Luxembourg.

Un établissement Quick à Paris, le 28 septembre 2015.
Un établissement Quick à Paris, le 28 septembre 2015. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ne restera-t-il bientôt que des miettes de Quick ? La marque Burger King pourrait avaler la chaîne de fast-food et devenir le numéro deux de la restauration rapide en France, derrière McDonald's, qui règne sur le secteur avec 1 340 établissements. Actionnaire majoritaire de Burger King France, le groupe Bertrand a annoncé, lundi 28 septembre, être entré en "négociations exclusives" pour acquérir Quick auprès de Qualium Investissement.

L'opération, qui reste soumise à l'avis des représentants du personnel et des autorités de la concurrence, pourrait être finalisée d'ici la fin de l'année, selon le groupe. Si la vente est conclue, les près de 400 Quick de France – où travaillent 19 000 salariés – passeront progressivement sous l'enseigne Burger King. La marque Quick ne serait plus exploitée que dans une centaine d'établissements à l'étranger, notamment en Belgique et au Luxembourg.

Burger King monte en puissance après son grand retour

Après seize ans d'absence, Burger King a finement orchestré son retour en 2013 grâce à de nombreuses opérations de communication. Depuis, l'enseigne a ouvert 25 restaurants et prévoit d'en ouvrir plus de 25 autres d'ici fin 2015, puis 60 en 2016.

Son concurrent direct, McDonald's, a réagi à cette nouvelle offensive par un trait d'humour sur son compte Facebook, faisant de la mascotte de Burger King un personnage de sa campagne publicitaire "Venez comme vous êtes".

#VenezCommeVousÊtes

Posted by McDonald's France on Monday, September 28, 2015

Cette opération d'envergure surprend en tout cas les spécialistes du secteur. "Dans une période où le burger monte en gamme et où le marché du burger n'est pas extraordinaire pour le fast-food, je ne comprends pas un tel niveau d'investissements", juge Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil, qui estime à "plus d'un milliard d'euros" le montant de l'opération. Nicolas Nouchi, du cabinet CHD Expert, s'interroge sur l'avenir de l'enseigne : "Burger King a le vent en poupe aujourd'hui, mais quand il aura plus de 400 restaurants sous enseigne en France, réussira-t-il à maintenir le même intérêt ?"