ArcelorMittal souffre de la concurrence chinoise

Une équipe de France 3 a pu se rendre dans l'usine d'ArcelorMittal de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Plusieurs salariés et patrons de la sidérurgie ont manifesté ce lundi 15 février contre la concurrence chinoise. L'usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) est la plus exposée à cette concurrence. Ici, l'acier en fusion est transformé en plaques. Cet acier d'entrée de gamme, destiné au bâtiment, est en concurrence directe avec celui qui vient de Chine. Le géant asiatique qui inonde les marchés européens et n'hésite pas à faire du dumping.

Des pertes record

En un peu plus d'un an, son prix a presque diminué de moitié, à un peu plus de 300 euros la tonne, conséquence de la pression chinoise. Une situation intenable qui tombe mal pour ArcelorMittal. Le groupe qui est très endetté vient d'annoncer une perte record. L'entreprise emploie 4 000 personnes rien que sur le site de Fos-sur-Mer. Face à la concurrence chinoise, les salariés craignent pour leurs emplois. Le secteur de l'acier a déjà supprimé 5 000 emplois en Europe au dernier trimestre 2015.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bâtiment d'ArcelorMittal sur le site de Florange (Moselle), le 10 décembre 2012.
Un bâtiment d'ArcelorMittal sur le site de Florange (Moselle), le 10 décembre 2012. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)