De nombreux chercheurs estiment que les machines et les robots pourront effectuer la moitié des métiers exercés par les humains d'ici quelques décennies. Le quotidien économique Les Echos a rapporté, fin mars, une étude affirmant que les postes d'avocats, barmen, réceptionnistes et même chauffeurs de taxi pourront être automatisés et donc occupés par des robots.

Mais ce n'est pas tout : votre embauche pourrait elle aussi être décidée par des machines ou des humains largement assistés par des robots. Et ce n'est pas de la science-fiction. Voici trois exemples qui existent déjà ou sont sur le point d'être lancés.

1Les algorithmes, meilleurs recruteurs que les humains

Le résultat a été obtenu par Nathan Kuncel et Deniz Ones, des chercheurs de l'université du Minnesota. L'Express a fait état d'une étude (en anglais) qu'ils ont menée et qui a été reprise par le site de la Harvard Business Review (en anglais).

Trouver le candidat pour un poste précis est une tâche délicate. Et les humains sont moins efficaces qu'un algorithme car ils ont tendance à interpréter et/ou à discriminer d'après le physique de la personne ou un détail évoqué lors de l'entretien, alors que l'algorithme reste concentré sur des faits et des notions objectives. Conséquence, les chercheurs ont découvert qu'il "aurait au moins 25% de chance de plus" qu'un recruteur humain d'identifier le candidat idéal.

2Un robot pour repérer vos émotions en entretien

Dans le documentaire Un monde sans humains, diffusé en octobre 2012 sur Arte, on voit un petit robot posé sur une table qui fait passer un entretien à un candidat. L'engin est équipé d'une caméra qui repère et filme les expressions de son visage.

"Le robot enregistre les réponses verbales et en plus il capte les réponses émotionnelles (...). Ce que l'on cherche à déterminer, ce sont les changements par rapport aux traits du visage, explique Rajiv Khosla, professeur à l'université de La Trobe (Australie). Selon lui, le robot "est très performant pour identifier même d'infimes changements d'expression sur nos visages : si nous fronçons les sourcils, si on sourit alors qu'un œil normal ne verrait même pas de si minuscules changements."

3Des recruteurs virtuels pour s'entraîner

Une société de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) a développé un simulateur d'entretien d'embauche. "Le jury composé d'avatars est piloté par une unique personne qui choisit de faire parler tour à tour chacun des recruteurs virtuels à l'aide d'une tablette tactile. Le candidat porte des lunettes et se trouve plongé dans un cube immersif, où des images sont projetées en 3D, au sol et sur les parois", explique le quotidien régional La Montagne.