Nouvelle opération coup de poing des salariés du site Goodyear d'Amiens-Nord (Somme). Des heurts ont éclaté jeudi 7 mars avec les forces de l'ordre devant le siège français du fabricant américain de pneumatiques, en région parisienne. Un nouveau comité centrale d'entreprise consacré au plan de fermeture de leur site était organisé.

Plusieurs centaines de salariés se sont rassemblés devant le siège de l'entreprise à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), où les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène en réponse à des tirs de projectiles. Des pneus ont également été brûlés par les manifestants.

La direction du groupe, qui a annoncé le 31 janvier la fermeture du site d'Amiens-Nord où travaillent 1 173 personnes, assure qu'il s'agit de la seule option possible après six ans de négociations infructueuses. Lors du précédent comité d'entreprise, le 12 février, près de 700 salariés de Goodyear s'étaient réunis devant le siège social de Rueil-Malmaison aux côtés de salariés d'entreprises visées par des plans sociaux, à l'image de Fralib.

Des salariés de Goodyear brûlent des pneus face aux forces de l'ordre, le 7 mars 2013 à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).
Des salariés de Goodyear brûlent des pneus face aux forces de l'ordre, le 7 mars 2013 à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)