Journées du patrimoine : le nouveau patron de GM&S interdit des visites de l'usine, les salariés veulent passer outre

Alain Martineau, repreneur de GM&S et patron du groupe GMD, invoque des raisons de sécurité, jeudi dans un communiqué, pour s'opposer à l'organisation par les salariés de visites organisées au sein de l'usine à La Souterraine (Creuse).

Les salariés de GM&S à La Souterraine (Creuse) souhaitent pouvoir accueillir des visiteurs lors des Journées du patrimoine, ceux à quoi s\'oppose le PDG du groupe GMD, son repreneur.
Les salariés de GM&S à La Souterraine (Creuse) souhaitent pouvoir accueillir des visiteurs lors des Journées du patrimoine, ceux à quoi s'oppose le PDG du groupe GMD, son repreneur. (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le patron du groupe GMD Alain Martineau, qui a repris l'équipementier automobile GM&S, s'oppose à des visites organisées de l'usine creusoise lors des Journées du patrimoine, les 16 et 17 septembre. Alain Martineau a expliqué, jeudi 14 septembre dans un communiqué, sa décision. Pour celui qui a officiellement repris les rênes de GM&S le 11 septembre, "le site n’est pas sécurisé et nous déclinons toute responsabilité en cas d’accident".

Montrer que "cette entreprise doit continuer à vivre"

Les salariés de GM&S veulent faire visiter une partie de l'usine samedi 16 septembre, pour sensibiliser le public sur la situation sociale et faire "découvrir notre outil industriel", selon le compte Twitter des salariés de GM&S.

Jeudi, en réponse au communiqué d'Alain Martineau, Yann Augras, délégué CGT de GM&S, assure au micro de France Bleu Creuse que les visites auront bien lieu samedi. "Notre usine, c'est notre patrimoine. On veut montrer à tous les habitants, qui voudront bien venir, qu'aujourd'hui cette entreprise doit continuer à vivre", explique Yann Augras.

"On va expliquer à tous les salariés, à tous les politiques qui viendront pourquoi aujourd'hui on en est là. On assurera la sécurité avec les salariés et les représentants du personnel. Il n'y a aucun risque, ça sera très bien encadré, ça va très bien se passer", assure Yann Augras.

Le délégué CGT de GM&S poursuit ensuite en expliquant sur l'organisation de cette journée : "On fera des petits groupes de 10 personnes avec un cheminement dans l'usine, et ça permettra de voir toutes les connaissances et les compétences qui disparaîtront éventuellement demain".