Comment expliquer la décision en appel des huit de Goodyear ?

Sur le plateau du 20H de France 2, Dominique Verdeilhan analyse la décision de justice en appel des huit anciens salariés de Goodyear.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

En mars 2009, 19 salariés de l'entreprise Caterpillar ont retenu quatre cadres et ont été relaxés. En avril 2009, l'investissement de la préfecture de Compiègne par les salariés de Continental a valu entre deux et cinq mois avec sursis en première instance, puis entre 2000 et 4000 euros d'amende en appel. En mai 2010, quinze postiers dont Olivier Besancenot ont comparu pour avoir retenu plusieurs employés à Nanterre, ils ont été relaxés pour la plupart sauf trois d'entre eux qui écoperont de 1500 euros d'amende. Ce qui fait dire au journaliste judiciaire que "la justice n'a pas la main très lourde."

Comment ces décisions sont-elles argumentées ?

Deux éléments pèsent dans la décision des juges. Le casier judiciaire a son importance, mais les magistrats essaient toujours de tenir compte du contexte social.

Le JT
Les autres sujets du JT
En 2009 un millier d\'employés de l\'usine Goodyear manifestent devant les locaux de l\'entreprise contre le projet de fermeture. 
En 2009 un millier d'employés de l'usine Goodyear manifestent devant les locaux de l'entreprise contre le projet de fermeture.  (PATRICK KOVARIK / AFP)