FLORANGE - Marine Le Pen estime qu'Arnaud Montebourg aurait dû démissionner, après l'arbitrage rendu par le gouvernement sur le dossier du site ArcelorMittal de Florange. Mais la présidente du FN estime que si le ministre du Redressement productif ne l'a pas fait, c'est parce qu'il "défend son intérêt personnel"

Invité du JT de midi de France 3, dimanche 3 décembre, Marine Le Pen a jugé que le ministre, qui avait brandi la menace de la nationalisation de ce site sidérurgique mosellan, "vient d'être très sèchement désavoué par le gouvernement auquel il participe".

"Je suis dans une vision gaullienne de l'intervention de l'état stratège", a assuré la leader du parti d'extrême-droite, à propos de ce site de production d'acier. Et l'eurodéputée de conclure : "Lorsqu'un secteur stratégique est en danger, l'Etat doit pouvoir intervenir".

La présidente du FN Marine Le Pen, le 30 novembre 2012 dans la cour du palais de l'Elysée (Paris).
La présidente du FN Marine Le Pen, le 30 novembre 2012 dans la cour du palais de l'Elysée (Paris). (BERTRAND GUAY / AFP)