L'intersyndicale du site ArcelorMittal de Florange (Moselle), dont deux hauts-fourneaux doivent rester à l'arrêt pendant encore six mois, a été reçue lundi 4 juin au matin par le président François Hollande, en présence d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.

Les syndicats du site lorrain réclament d'urgence une table ronde sur la sidérurgie française. Le coordinateur CGT Philippe Verbeke a estimé lundi matin que "si on laisse aller la sidérurgie dans le mur", cela aura "des répercussions" sur toute l'industrie.

Loin de l'Elysée, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assuré, en marge d'un déplacement en Moselle, que le gouvernement veut "se battre" pour la reprise de l'activité sidérurgique sur le site de Florange et a apporté son soutien au projet de reprise Ulcos.

Une délégation de l'intersyndicale ArcelorMittal de Florange (Moselle) arrive à l'Elysée pour rencontrer François Hollande, le 4 juin 2012.
Une délégation de l'intersyndicale ArcelorMittal de Florange (Moselle) arrive à l'Elysée pour rencontrer François Hollande, le 4 juin 2012. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)