"Va-t-on ou pas relancer Gandrange ?" interroge Jean-Louis Borloo, jeudi 28 juin sur France 2. "Enfin je veux dire les hauts-fourneaux et la partie à chaud", se reprend le président du Parti radical.

Le patron du nouveau groupe centriste de l'Assemblée, l'Union des démocrates et indépendants (UDI), semble avoir confondu deux sites ArcelorMittal en Moselle : l'ancienne aciérie de Gandrange et l'usine de Florange. La première a été fermée en mars 2009. Dans la seconde, les deux hauts-fourneaux sont à l'arrêt depuis plusieurs mois. 

Jean-Louis Borloo cite l'exemple ArcelorMittal pour illustrer son propos sur le combat pour "la compétitivité" et "l'emploi". Celui qui entend se situer dans l'"opposition" vis-à-vis du gouvernement Ayrault appelle les socialistes à bâtir de "véritables stratégies" économiques. Il promet d'ailleurs d'y collaborer.

Jean Louis Borloo, président du Parti radical, au palais de l'Elysée pour une réunion avec le président de la République, le 11 juin 2012 à Paris.
Jean Louis Borloo, président du Parti radical, au palais de l'Elysée pour une réunion avec le président de la République, le 11 juin 2012 à Paris. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / MAXPPP)