Portrait d'Eric Dupond-Moretti, l’avocat médiatique qui défend Abdelkader Merah

Pénaliste de renom, Eric Dupond-Moretti a défendu le frère de Mohamed Merah dans un procès historique. 

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Du nord populaire aux assises.

Né dans le Nord au début des années soixante, son père meurt quand il n’a que 4 ans et sa mère, immigrée italienne, est femme de ménage. Il a d'ailleurs avoué avoir la double-nationalité lors du débat sur la déchéance de nationalité en 2016. En 1957, Son grand-père maternel est retrouvé mort dans des circonstances suspectes, mais aucune enquête ne sera ouverte. Un drame qui marquera profondément l’histoire familiale et le jeune Eric Dupond-Moretti.

 Mû par un sentiment d’injustice, il décide de devenir avocat pénaliste et commence ses études de droit, qu’il financera grâce à des petits boulots. Il fait son serment d’avocat en 1984, à Douai et se démarque par son éloquence, comme en 2000 lors du procès d’Outreau, où le grand public le découvre.

Avec plus de 120 acquittements, un record, il est surnommé Acquittator.

Il avoue pourtant avoir longtemps été anxieux à l’idée de plaider, allant jusqu’à vomir : « J’ai eu beaucoup de mal pendant des années à maîtriser le stress d’avant plaidoirie et j’allais vomir. Ca a duré 10 ans. ». 

Avocat médiatique, il devient un habitué des plateaux de télévision où son sens de la formule détonne. 

La magistrature, en particulier le juge pénal fait souvent les frais de son franc-parler : « J’ai rencontré dans ma vie des juges absolument exceptionnels, mais je n’en ai pas rencontré beaucoup. ». 

Son carnet de clientèle compte de nombreuses personnalités telles que Karim Benzema ou Bernard Tapie.

Abdelkader Merah "le procès le plus difficile ».

Eric Dupond-Moretti vient de prendre part au procès historique d'Abdelkader Merah, qu’il a défendu malgré les critiques et les menaces. Une prise de position qu’il explique par la volonté de défendre tout le monde, peu importe les accusations, mais à une seule condition. « Moi j’ai déjà dit que je pourrais défendre un négationniste mais pas un négationniste qui me demanderait de plaider que les chambres à gaz n’ont pas existé ». 

Pour Dupond-Moretti, le rôle de l’avocat est d’autant plus indispensable pour juger les affaires terroristes : « S’il y a un véritable chemin qui est fait de la part de ces hommes, bien sûr qu’ils méritent d'être défendus ».

Abdelkader Merah a finalement été condamné à 20 ans de prison pour "association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste".

Ce procès lui vaut de nombreuses critiques. Il a même reçu des insultes et des menaces envers sa famille et considère ce procès comme « le plus difficile de sa carrière ».   

Pour Dupond-Moretti, plus les griefs sont graves et plus le rôle de l’avocat est indispensable. Renier le droit à la défense, c’est renier l’un des fondements de la démocratie : la justice. Une justice qu’il définit comme le fait de « confisquer à la victime le droit à la vengeance ».

Portrait d\'Eric Dupond-Moretti, l’avocat médiatique qui défend Abdelkader Merah
Portrait d'Eric Dupond-Moretti, l’avocat médiatique qui défend Abdelkader Merah (Brut.)