Vous pouvez désormais imprimer en 3D une statue détruite par l'Etat islamique

Au terme d'un long travail de recherche, l'artiste et activiste américano-iranienne Morehshin Allahyari a mis en ligne des données permettant de dupliquer des œuvres vandalisées par les terroristes en Irak. 

La réplique miniaturisée en résine de la statue du roi Uthal d'Hatra, détruite par les terroristes de l'Etat islamique au musée de Mossoul.
La réplique miniaturisée en résine de la statue du roi Uthal d'Hatra, détruite par les terroristes de l'Etat islamique au musée de Mossoul. (MOREHSHIN ALLAHYARI)
logo
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Et si l'impression 3D offrait une seconde vie aux œuvres perdues ? Grâce à l'organisation Rhizome (en anglais), il est désormais possible de faire renaître une œuvre détruite par l'Etat islamique. Dans le cadre du projet "Material Speculation: ISIS/Download", l'artiste américano-iranienne Morehshin Allahyari a publié un jeu complet de données sur une statue d'Uthal, roi de la cité mésopotamienne d'Hatra, détruite lors du saccage du musée de Mossoul (Irak) en février 2015. A condition d'être équipé, il est donc possible d'imprimer en 3D une réplique en taille réduite de cette œuvre du IIe siècle de notre ère, et de lui offrir une nouvelle vie.

Cette illustration est tirée de la série documentaire mise en ligne par l'artiste sur le blog Rhizome. 
Cette illustration est tirée de la série documentaire mise en ligne par l'artiste sur le blog Rhizome.  (MOREHSHIN ALLAHYARI / RHIZOME)

Auteure d'un manifeste (en anglais) en 2015, Morehshin Allahyari se décrit comme une "activiste" et réclame "un réveil progressif de la matière et l'émergence, in fine, d'une nouvelle forme de vie". Pour parvenir à ce résultat, elle a passé plusieurs mois à compiler des travaux scientifiques, des vidéos, des images en haute définition et des échanges avec des conservateurs, des historiens et des archéologues. Coup de pouce inespéré, deux membres de l'ancienne équipe du musée de Mossoul lui ont envoyé une liste des œuvres autrefois présentes dans l'établissement.

L'artiste a jeté son dévolu sur douze d'entre elles, dont le roi Uthal, dont elle a apprécié le geste "très poétique et beau". En résulte un dossier ZIP de 570 MB, dont les fichiers .stl et .obj constituent les premiers modèles 3D publiés par l'auteure. Il faut compter entre 20 et 30 heures d'impression, précise le site Canadian Art (en anglais).

Douze œuvres ont été reconstruites

"En un sens, cela donne une nouvelle vie à cette œuvre", confie un membre de Rhizome, interrogé par la revue Observer (en anglais). "La destruction malheureuse du roi Uthal dans le nord de l'Irak fait désormais partie de l'histoire de cette pièce, tout comme sa réanimation en ligne", précise Rhizome. Au total, Morehshin Allahyari a reconstruit douze œuvres détruites en 2015 à Hatra et dans le musée de Mossoul. L'activiste souhaite publier l'intégralité des modèles 3D dans les prochains mois, à condition de trouver un musée capable d'archiver correctement les données, précise le site Vice (en anglais). En effet, selon elle, "plus il y aura de gens à y accéder, moins cette histoire sera oubliée".

Une statue de Lamassou, une créature de la mythologie assyrienne, imprimée en 3D.
Une statue de Lamassou, une créature de la mythologie assyrienne, imprimée en 3D. (MOREHSHIN ALLAHYARI)

La statue du roi Uthal a été installée à Toronto (Canada), aux côtés des onze autres ressuscitées, dans le cadre d'une exposition au Trinity Square Video (en anglais). Morehshin Allahyari a enregistré les données sur une clé USB, fichée ensuite dans les répliques. Les visiteurs peuvent d'ailleurs télécharger directement ces données sur un mur, pour pouvoir ensuite les utiliser. Ou quand la technologie permet d'adresser un pied de nez à la barbarie.