Festival de BD d'Angoulême : le Fauve d'or du meilleur album attribué à l'Américain Richard McGuire, pour "Ici"

Dans Ici, l'Américain se confronte aux limites de l'exercice de la bande dessinée.

La foule rasemblée pour le 43e Festival de la BD d'Angoulême (Charente), jeudi 28 janvier 2016. 
La foule rasemblée pour le 43e Festival de la BD d'Angoulême (Charente), jeudi 28 janvier 2016.  (CITIZENSIDE/SYLVAIN LAPORTE / CITIZENSIDE.COM / AFP)

Mis à jour le , publié le

Avec Ici (éd. Gallimard), l'Américain Richard McGuire a convaincu le jury du 43e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (Charente). Samedi 30 janvier, il a décroché le Fauve d'Or, soit le prix du meilleur album de l'année. 

Il succède au Français Riad Sattouf, lauréat de l'édition 2015 du festival, pour son œuvre autobiographique, L'Arabe du futur.

Retracer l'histoire de l'humanité

Dans Ici, l'Américain se confronte aux limites de l'exercice de la bande dessinée. Son idée est simplissime, explique le blog Pop'Up, de francetv info, qui prédisait d'ailleurs sa victoire : planter un décor unique (un salon typiquement américain) pendant 304 pages et imaginer l'histoire de cette pièce au fil du temps, de la préhistoire à l'an 2314.

En 304 dates-clés, Richard McGuire retrace donc, grâce à d'astucieux collages et autres dessins à l'aquarelle, l'histoire de l'humanité.

(GALLIMARD)

Une seule femme récompensée

Le prix spécial du jury est allé à Carnet de santé foireuse (Delcourt) de Pozla, qui raconte avec humour et sans fard ses moments passés à l'hôpital, en famille et au travail alors qu'il est atteint de la maladie de Crohn. T

Le prix de la série est revenu au premier tome de Ms Marvel (Panini) de l'Américaine Gwendolyn Willow Wilson et du Canadien Adrian Alphona. Alors que le Festival a été accusé de sexisme, Gwendolyn Willow Wilson est la seule femme distinguée cette année.

Le prix du public auquel quelque 20 000 personnes ont participé est allé à l'album Cher pays de notre enfance - Enquête sur les années de plomb de la Ve République (Futuropolis) d'Etienne Davodeau et Benoît Collombat et le prix polar-SNCF est revenu à Tungstène (ça et là) du Brésilien Marcello Quintanilha.

Le prix révélation qui distingue l'oeuvre d'un auteur en début de parcours artistique a été attribué à Une étoile tranquille - Portrait sentimental de Primo Levi (Rackham) de l'Italien Pietro Scarnera.

Le prix du patrimoine est revenu à Vater und Sohn - Père et fils (Warum) du dessinateur anti-nazi allemand Erich Ohser dit E.O. Plauen, mort en 1944 après avoir été arrêté par la Gestapo.

Le prix jeunesse avait déjà été attribué jeudi au Grand méchant renard (Delcourt) de Benjamin Renner.

Le Grand prix de la ville d'Angoulême avait été attribué mercredi soir au dessinateur belge Hermann pour l'ensemble de son oeuvre.