Comment le film "le plus mal doublé au monde" est devenu culte

Le magazine "Les Inrocks" raconte les coulisses de la version française du film "Dumbbells". Un vrai fiasco qui a forcé Netflix, diffuseur de ce nanar, à s'excuser.

L'actrice Renée Percy pose à la première du film "Dumbbells", à Los Angeles (Etats-Unis), le 7 janvier 2014. 
L'actrice Renée Percy pose à la première du film "Dumbbells", à Los Angeles (Etats-Unis), le 7 janvier 2014.  (ADMEDIA/SIPA)

Mis à jour le , publié le

Une plate-forme de vidéos à la demande qui présente ses excuses, une société de doublage "horrifiée", une profession ridiculisée et un doubleur amateur hilare : le "doublage gate", soit l'affaire du film "le plus mal doublé au monde", mise en lumière par Les Inrocks, jeudi 13 janvier, a atteint son épilogue.

Après le retrait de la version française du désormais culte Dumbbells, signé du réalisateur Christopher Livingstone, de Netflix, l'hebdomadaire est revenu en détail sur les conditions de ce fiasco en passe de devenir une perle d'art brut.

Des doubleurs amateurs qui font honte à la profession

Alors qu'il travaillait en Afrique du Sud il y a trois mois, un doubleur du dimanche, rebaptisé Jean, a accepté, "pour se marrer", de passer quelques heures ("pas plus de deux après-midis") à doubler en français l'un des personnages principaux de la comédie, explique-t-il aux Inrocks. Ses collègues et lui sont rémunérés par la société de doublage sud-africaine Earcandy.

Une vraie société pour un travail loin d'être professionnel, raconte-t-il. "Même la traduction du scénario, de l’anglais au français, a été fait par une amie à nous. Ce n’était pas sérieux du tout, on en était parfaitement conscient", raconte-t-il, tandis qu'au sein d'Earcandy, "on se dit 'horrifiés' par l’affaire", révèlent Les Inrocks. 

Citée par l'hebdomadaire, l’Association des traducteurs et adaptateurs de l’audiovisuel n'a pas non plus apprécié la prestation, qui colle la honte à toute une profession. "Nous déplorons qu’un distributeur et un diffuseur tel que Netflix (...) puissent proposer au public francophone un travail aussi médiocre, qui s’expose, même volontairement, au ridicule", indique-t-elle dans un communiqué diffusé jeudi.

Le patron de Netflix forcé de s'excuser (avec humour)

Jeudi, la direction de Netflix a retiré la version française de Dumbbels de son catalogue. Puis la plate-forme de streaming a fait son mea culpa, dans un tweet adressé aux Inrocks"Vous avez été nombreux à nous faire remonter une information comme quoi le doublage français d’un film que nous proposons laisserait à désirer", explique Reed Hastings, le patron de Netflix, dans une vidéo publiée sur Twitter.

Pour garder la face, ce dernier a quand même répondu avec humour. "Vous voyez, nous nous efforçons de travailler avec les meilleurs, et si un mauvais doublage a pu passer entre les mailles du filet de notre attention, je peux vous assurer que cela ne se reproduira pas", promet-il. Le tout dans une vidéo doublée – très piteusement – en français.