Caruana Galizia, la puissante journaliste maltaise assassinée

La chasseuse d’escrocs maltaise Caruana Galizia, assassinée le 16 octobre près de chez elle, s’est longtemps attaquée à la corruption dans son pays de Malte, où la confiance dans les politiques est au plus bas.

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Il y a désormais des escrocs partout où vous regardez. La situation est désespérée." Voilà les derniers mots écrits sur son blog par la journaliste d’investigation Caruana Galizia, quelques heures avant d’être assassinée dans l’explosion de sa voiture.

Une star du journalisme d’investigation

À 23 ans, elle commence sa carrière de journaliste au sein de la rédaction de The Sunday Times of Malta

 À 44 ans, elle lance son blog d’investigation Running Commentary et se concentre sur la révélation de scandales politiques. Certaines enquêtes sont lues par plus de 400 000 personnes, soit quasiment la population de Malte. 

 À 52 ans, elle se lance dans l’exploration des Panama Papers. Elle révèle notamment que le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, son épouse et le ministre de l’Énergie détiendraient des comptes offshore au Panama. 

Les plaintes se sont multipliées

 Joseph Muscat porte plainte contre elle à la suite de la tourmente dans laquelle il se trouve après la publication des Panama Papers.

 Quelques mois plus tard, elle figure dans la liste des 28 personnes qui "font bouger l’Europe" selon le magazine Politico. 

 En juin 2017, le Premier ministre est contraint d’organiser des élections anticipées suite à ses révélations. 

 En août, elle accuse le leader de l’opposition, Adrian Delia, de détenir un compte à Jersey, alimenté par de l’argent lié à la prostitution à Londres. Ce dernier porte plainte contre elle. 

 Début octobre, elle signale à la police être victime de menaces sérieuses. Elle en avait déjà reçu de nombreuses. À 53 ans, le 16 octobre 2017, Daphne Caruana Galizia est tuée dans l’explosion de sa voiture.

Galizia
Galizia (BRUT)