Un militaire de l'opération Sentinelle s'est suicidé avec son arme de service dans les Alpes-Maritimes

Le soldat âgé de 24 ans, de nationalité italienne, faisait partie du 2e régiment étranger de génie, basé à Saint-Christol, dans le Vaucluse.

Des militaires de l\'opération Sentinelle cherchent des migrants afghans dans la vallée de la Roya (Alpes-maritimes), le 8 décembre 2016.
Des militaires de l'opération Sentinelle cherchent des migrants afghans dans la vallée de la Roya (Alpes-maritimes), le 8 décembre 2016. (MAXPPP)
avatar
Catherine FournierFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un militaire de l'opération Sentinelle s'est suicidé avec son arme de service dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 septembre, à Fanghetto, dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), a appris franceinfo auprès du procureur de la République de Nice et de la gendarmerie des Alpes-Maritimes, confirmant une information d'Europe 1. Le soldat âgé de 24 ans, de nationalité italienne, faisait partie du 2e régiment étranger de génie, basé à Saint-Christol, dans le Vaucluse.

"C'est un militaire qui était de garde pendant que ses camarades étaient en train de se reposer. Il a commis le geste fatal, qu'on a constaté juste après, ses camarades ayant entendu claquer le coup de feu", a précisé le procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, auprès de France Bleu Azur. Le légionnaire a utilisé son Famas, retrouvé à ses côtés. Une enquête judiciaire a été ouverte.

Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice, sur le suicide d'un militaire de l'opération Sentinelle
--'--
--'--

Déjà un suicide à la fin août

Fanghetto est situé à moins de 10 km de là où habite Cédric Herrou, figure la plus connue des militants qui viennent en aide aux migrants dans cette vallée où les contrôles se sont multipliés au cours des derniers mois.

La frontière est fermée depuis 2015 dans le cadre de la lutte antiterroriste, mais les contrôles visent pour beaucoup les migrants qui ont fui l'instabilité dans leur pays et se pressent depuis trois ans à Vintimille, souvent via la Libye.

A la fin août, un soldat de l'opération Sentinelle, âgé de 26 ans, s'était donné la mort avec son arme de service dans sa chambre située dans une enceinte militaire à Paris.