Rétablissement du service militaire : les militaires sont inquiets

Emmanuel Macron a promis le rétablissement du service militaire pendant sa campagne. Aujourd'hui, il est confronté au coût de la mesure et aux réticences des militaires.

Emmanuel Macron veut rétablir le service militaire pour les jeunes de 18 à 21 ans qui sont \"aptes\". 
Emmanuel Macron veut rétablir le service militaire pour les jeunes de 18 à 21 ans qui sont "aptes".  (JOEL SAGET / AFP)
avatar
franceinfoLouise BodetRadio France

Mis à jour le
publié le

Emmanuel Macron l'avait promis pendant la campagne pour l'élection présidentielle : il compte rétablir le service militaire. Sa promesse était de mettre en place un service national d'un mois, obligatoire pour les jeunes, hommes et femmes, âgés de 18 à 21 ans et déclarés "aptes". Cela représente 600 000 jeunes à former chaque année. L'objectif de ce service national est, selon le Président, de renforcer la cohésion républicaine. Deux mois après l'élection d'Emmanuel Macron et alors que les militaires défilent sur les Champs-Elysées pour le 14-Juillet, la promesse du président de la République est confrontée aux réalités budgétaires et aux réticences des militaires. 

Officiellement, le projet n'est pas enterré par la majorité présidentielle. Certes, le président de la République a omis d'en parler devant le congrès à Versailles au début du mois de juillet mais son Premier ministre s'en est chargé, lors de sa déclaration de politique générale devant les députés. "Le gouvernement mettra en place un nouveau service national conformément aux engagements du président de la République, a assuré Édouard Philippe. La réflexion sur les formes qu'il prendra sera conduite avant la fin de l'année 2017." L'Élysée confirme que le service militaire obligatoire est bien dans la feuille de route du ministère des armées : la secrétaire d'État, Geneviève Darrieussecq y travaille.

Entre 2 et 10 milliards d'euros de coûts par an 

En revanche, pas de précision sur le calendrier car il faut d'abord évaluer le coût de la mesure. En fonction des calculs, on passe du simple au quintuple, reconnaît l'entourage du chef de l'État : de 2 à 10 milliards d'euros par an, selon une source militaire. D'après un rapport du Sénat publié il y a un mois, la mesure pourrait coûter jusqu'à 30 milliards sur toute la durée du quinquennat. Ce même rapport estime que c'est un projet "particulièrement coûteux".

Le coût de la mesure est justement ce qui inquiète beaucoup dans les rangs de l'armée française. Certes, le candidat Macron a promis que ce service militaire serait financé sans ponctionner le budget de la Défense mais cela ne suffit pas à rassurer les militaires, qui vivent très mal les coupes budgétaires annoncées malgré les récentes déclarations d'Emmanuel Macron, qui se veut rassurant. Ce sont eux qui, pour l'essentiel, devraient encadrer les jeunes, sans recrutements supplémentaires et dans des bâtiments qui restent à trouver puisque les anciennes casernes ont été reconverties dans des activités civiles.