VIDEO. La France veut limiter la prolifération des drones

La France pense à durcir la réglementation en matière de drones, notamment avec le déploiement de drones anti-drones ou le dressage d'aigles.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Un accident a été évité de justesse le 19 février, entre un Airbus et un drone, au niveau de l'aéroport de Roissy-Charles-de Gaulle. Mais que dit la réglementation ? En France, il est interdit de voler à plus de 150m du sol. À tout moment, le drone doit aussi rester dans le champ de vision du pilote. Il est aussi interdit de survoler du public, des grandes villes ou des sites sensibles. Ces directives s'appliquent même pour les plus petits appareils. Et pour les drones de plus de 10kg, elles sont encore plus strictes : le pilote doit posséder par exemple un brevet d'ULM théorique.

Des aigles pour neutraliser les drones

Et pour ceux qui ne respectent pas ces règles, les peines encourues sont lourdes : jusqu'à un an de prison, et 75 000 euros d'amende. Mais le problème, c'est la détection. Les drones sont trop petits pour être aperçus sur nos écrans radars. Pour répondre à ce problème, la France pourrait imposer aux fabricants de les doter de petits émetteurs radio. La protection, c'est l'autre grand chantier : des drones anti-drones équipés de filets, ou même des aigles dressés pour neutraliser les drones, une initiative de la police hollandaise.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le nEUROn, drone de combat de Dassault, ici en plein vol d'essai au-dessus de la Sardaigne, en août 2015.
Le nEUROn, drone de combat de Dassault, ici en plein vol d'essai au-dessus de la Sardaigne, en août 2015. (DASSAULT AVIATION)