Scrutin : quelle sécurité dimanche ?

Le défi de ces prochains jours est la sécurisation de tous les bureaux de vote en vue du premier tour du dimanche 23 avril. Plus de 50 000 policiers et gendarmes seront mobilisés.

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Depuis l'attentat de la promenade des Anglais, la sécurité est un enjeu permanent à Nice (Alpes-Maritimes). Pour assurer une sécurité optimale des bureaux de vote, la mairie a décidé de prendre des mesures supplémentaires. 110 vigiles surveilleront les abords des 252 bureaux. Ils sont formés à détecter des mouvements suspects et à prévenir la police en cas de problème. Le but est d'apporter de la sérénité aux directeurs des bureaux de vote. Chacun sera équipé d'un bouton d'alerte relié à la police municipale en cas de débordement.

Important pour la démocratie

"Je veux qu'il y ait le plus de mobilisation possible dimanche. Parce que c'est important pour la démocratie dans notre pays et en même temps je veux rassurer en même temps que dissuader. Nous avons fait ce choix et nous l'assumons", explique Christian Estrosi, premier adjoint en charge de la sécurité de la ville de Nice. Le scrutin de dimanche 23 avril constitue un enjeu qui ne porte pas seulement sur les résultats du vote.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une personne vote au Puy-en-Velay (Haute-Loire), le 13 décembre 2015. (Photo d\'illustration)
Une personne vote au Puy-en-Velay (Haute-Loire), le 13 décembre 2015. (Photo d'illustration) (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)