L’opération Sentinelle fait débat

La prolongation de l’opération Sentinelle pose question : Duel entre Jean-Paul Paloméros, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air et Vincent Desportes, ancien général de l’armée de terre. 

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Opération Sentinelle : 10 000 soldats qui patrouillent "pour protéger et défendre les Français". En vigueur depuis le mois de janvier 2015, elle est aujourd’hui en question.

Mission accomplie ?

Les deux généraux tombent d’accord sur ce point : les Français se sentent rassurés par ces militaires à leur côté, prêt à éviter les carnages et les catastrophes. Néanmoins, Vincent Desportes nuance, pour lui il ne s’agit que d’un "confort psychologique".

Comment les militaires vivent-ils cette situation ?

 L’opération dure depuis plus de deux ans, sur-mobilisés, le moral des troupes fait souvent l’actualité. A savoir s’ils sont toujours motivés par cette mission, les avis sont tranchés. "Très motivés (…). Fiers de faire cette mission au profit des français" pour Jean-Paul Paloméros, mais pour le général Desportes, les militaires ne se sont pas engagés pour faire "les plantons et les sentinelles devant les gares de province ou sous la Tour Eiffel".  

Est-ce le rôle des militaires ?

Les militaires sont déployés sur le sol français en complément de la police et de la gendarmerie. Néanmoins, la mobilisation est telle que la question divise sur leur rôle dans la défense sur sol national. Si pour Le général Paloméros, "la menace est telle qu’il faut utiliser tous les moyens mis à notre disposition et les forces armées en font partie"  pour le général Desportes, à chacun son métier car "cette contribution porte un coup sévère à la capacité globale de défense de la France ». 

L\'opération Sentinelle, pour ou contre ? 
L'opération Sentinelle, pour ou contre ?  (Brut.)