La France change ses fusils d'assaut français pour des armes allemandes

L'armée française commence à s'équiper de fusils d'assaut allemands, des HK416, pour remplacer les armes actuelles, produites par l'entreprise française Famas qui a arrêté la production il y a 17 ans.

Les tirailleurs du 1er régiment d\'Épinal ont été parmi les premiers à recevoir les HK416 pour remplacer les Famas. 
Les tirailleurs du 1er régiment d'Épinal ont été parmi les premiers à recevoir les HK416 pour remplacer les Famas.  (JÉRÔME JADOT / RADIO FRANCE)
logo
Jérôme JadotfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Cela aurait sans doute été inimaginable il y a 100 ans, en pleine Première Guerre mondiale : la France équipe son armée de fusils d'assaut allemands, qui vont progressivement remplacer les armes françaises. Le HK416 va ainsi prendre la place du Famas, le fusil d'assaut des manufactures de Saint-Étienne, dont la production s'est arrêtée il y a 17 ans. Les Tirailleurs du 1er régiment d'Épinal sont parmi les premiers militaires à avoir reçu le nouvel équipement, qui sera à l'honneur lors du défilé du 14 Juillet, sur les Champs-Élysées, à Paris. 

L'arrivée des HK416 dans ce régiment de tirailleurs donne lieu à tout un cérémonial : les soldats sont réunis dans la cour et deux énormes caisses sont descendues d'un camion militaire, puis méthodiquement ouvertes. À l'intérieur, de longs fusils noirs sont alignés, sur lesquels on peut lire le nom du fabriquant, "Heckler & Koch, made in Germany". Le moment est très particulier pour les militaires : "Le fusil, pour un fantassin, c'est le premier outil d'utilisation", explique l'un d'eux. Les soldats font ensuite l'inventaire de toutes ces armes.

Légère, performante, rapide à entretenir 

Sitôt l'inventaire fini, c'est l'occasion pour les tirailleurs de prendre le fusil en main. "C'est une arme vraiment légère, on est à peu près à 4 kilos", détaille le caporal Benoît, 19 ans. "La crosse rétractable, c'est pas mal aussi, j'aime beaucoup ! Ça va s'adapter à tous types de corpulence, c'est une bonne chose aussi." L'un des atouts de ce nouveau fusil, c'est qu'on peut y fixer de nombreux éléments comme des lunettes de visée, une lampe, une poignée, un lance-grenades ou encore une baïonnette. "La baïonnette est toujours d'actualité", assure le caporal Benoît. "Elle a une double utilité. En plus de sa fonction principale, on peut s'en servir pour couper des câbles, du grillage ou des barbelés parce que c'est un couteau."

Les soldats passent aux premiers essais au stand de tir. Pour le caporal Benoît, c'est concluant : "Le fait qu'on ait une acquisition de cible assez rapide, ça nous permet de viser les deux yeux ouverts très facilement avec la ligne de mire qu'on a, analyse-t-il. Il y a également une sensibilité à la détente qui est très agréable aussi." Mais ce fusil est-il plus performant que le Famas, qui équipe l'armée française depuis une quarantaine d'années ? Difficile d'obtenir une réponse claire de la part des soldats. "Là c'est un autre niveau, je ne peux pas trop en parler", botte en touche le caporal. Le sujet est un peu gênant puisque pour l'instant le Famas est encore utilisé par une partie de l'armée française. 

L\'entretien du HK416 prend en moyenne de 15 à 20 minutes alors qu\'il fallait compter entre 45 minutes et une heure pour un Famas.
L'entretien du HK416 prend en moyenne de 15 à 20 minutes alors qu'il fallait compter entre 45 minutes et une heure pour un Famas. (JÉRÔME JADOT / RADIO FRANCE)

La différence entre les deux armes réside notamment dans le temps consacré à l'entretien du fusil. "On mettait entre 45 minutes et une heure pour entretenir un Famas, en moyenne, si on voulait entretenir l'arme de façon correcte", explique l'adjudant chef Sébastien, qui dirige les séances d'instruction pour le montage et le démontage des fusils. "Sur un HK416, en 15 à 20 minutes environ, on entretient très facilement l'arme." En effet, le fusil allemand possède moins de pièces et elles sont plus volumineuses, ce qui évite de les perdre dans le désert. Le HK416 a aussi moins de risques de s'encrasser. "Une bonne partie des poudres brûlées est évacuée à l'extérieur de l'arme par un sytème gazeux", détaille l'adjudant chef. "Il y a donc très peu d'encrassement au niveau de la culasse et il y aura ainsi moins d'incidents de tirs lors des entraînements ou au combat."

Pour connaîtres tous les avantages de ce nouveau KH416 qui va prendre la place du Famas, les soldats de l'armée française vont toutefois devoir attendre encore un peu puisque le remplacement des fusils français va se faire progressivement. La livraison des 101 000 fusils d'assaut allemands commandés par la France doit s'étaler sur une dizaine d'années environ. 

Les tirailleurs du 1er régiment d'Épinal reçoivent les premiers HK416. Le reportage de Jérôme Jadot.

00:00-00:00

audio
vidéo