ENQUETE FRANCETV INFO. Comment la France se prépare à armer ses drones

Des soldats aux politiques, en passant par les industriels, cette évolution semble inévitable pour de nombreux acteurs, même si les obstacles sont nombreux.

Un drone Reaper, fabriqué par la firme américaine General Atomics, sur la base aérienne française de Niamey (Niger), en janvier 2015.
Un drone Reaper, fabriqué par la firme américaine General Atomics, sur la base aérienne française de Niamey (Niger), en janvier 2015. (DOMINIQUE FAGET / AFP)
avatar
Christophe RauzyFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une première historique a eu lieu, dimanche 5 juin à Istres (Bouches-du-Rhône) : le nEUROn, un drone de combat furtif européen, a effectué un vol en public, lors d'un meeting aérien de l'armée de l'air française. Cet appareil, qui peut être muni de missiles, n'est encore qu'un démonstrateur, mais il symbolise la direction que prend la France en matière de drones militaires, dans la plus grande discrétion.

Le 27 octobre dernier, devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, le député du Cher Yves Fromion a bien tenté d'en savoir au plus auprès de Jean-Yves Le Drian, lui demandant s’il est prévu d’armer les drones militaires que la France doit recevoir prochainement des Etats-Unis. "C’est une question… Elle reste posée, répond le ministre de la Défense, dans un sourire gêné. Pour le moment, je n’en dirai pas plus." Si Jean-Yves Le Drian est resté si mystérieux, c'est parce qu'il sait combien le terrain est glissant. La France s'est toujours refusée obstinément à équiper ses drones de missiles. Ce qu'il ne peut pas dire, c’est qu'en coulisses, notre pays se prépare bel et bien, doucement mais sûrement, à armer des UAV ("Unmanned Aerial Vehicle", l'autre nom des drones).

Dans l’esprit des militaires, le pas est franchi

Face au resserrement des budgets militaires, la majorité des armées du globe se sont équipées de drones militaires. Ils sont théoriquement moins chers à faire voler que des avions de chasse, et moins susceptibles de mettre en péril des pilotes. Certains drones, comme les Male ("Moyenne altitude longue endurance") peuvent surtout voler pendant plus de 24 heures sans ravitaillement, offrant un énorme avantage dans les conflits dits "asymétriques" : face à un ennemi qui se cache parmi la population et se déplace discrètement, il faut pouvoir surveiller le terrain en permanence, et pouvoir frapper très vite.

En 2013, lorsque François Hollande lance l’opération Serval pour chasser les jihadistes qui contrôlent le nord du Mali, on compte alors sur les drones Harfang d’Airbus pour remplir cette tâche fondamentale. Mais le retard français en la matière apparaît au grand jour : ce drone, dépassé technologiquement, coûte cher à faire voler. Mais il est surtout peu discret et donc facilement repérable par l’ennemi dans le silence du désert sahélien.

Face à l’urgence, Jean-Yves Le Drian est obligé de passer commande aux Etats-Unis, qui livrent à la France deux MQ-9 Reaper début 2014. Ce sont les mêmes systèmes de drones que ceux utilisés par la CIA et l’armée américaine, à un détail près : ceux-là ne sont pas armés. L’état-major français est immédiatement conquis. Le Reaper est plus rapide, plus fiable, plus discret, plus précis et coûte moins cher à faire voler. Si bien que dès la première année d’utilisation, l’armée française s’équipe d’un troisième drone du genre, et multiplie par deux le nombre d’heures de vol de ces appareils modernes. "Ce drone a fait changer le paradigme des opérations en bande sahélienne", explique-t-on au sein de l'armée de l'air.

Passer au Reaper, c'est comme acheter une Porsche après avoir fait cinq ans de 2CV. Il fallait basculer dans le XXIe siècle.

Une source au sein de l'armée de l'air

à francetv info

Le drone Reaper, livré en 2014 à l\'armée française, a rapidement convaincu l\'état-major de son efficacité lors des missions qu\'il a remplies dans le Sahel.
Le drone Reaper, livré en 2014 à l'armée française, a rapidement convaincu l'état-major de son efficacité lors des missions qu'il a remplies dans le Sahel. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Ce saut technologique soudain ouvre l’appétit des militaires français, qui estiment que le très précieux drone américain pourrait, s'il était armé, se révéler encore plus efficace. "Cela permettrait de réduire considérablement le fameux cycle OODA ["observer-s'orienter-décider-agir"]", explique à francetv info Bertrand Slaski, consultant au CEIS, un cabinet d'intelligence stratégique spécialisé dans les drones.

Aujourd’hui, pour le pilote de drone qui a repéré une cible après des heures et des heures d’observation, c’est très frustrant de la voir disparaître sous ses yeux, sans pouvoir la détruire immédiatement.

Bertrand Slaski, consultant au CEIS

à francetv info

Actuellement, quand un pick-up rempli de jihadistes armés est repéré par un drone français au Mali, il faut patienter au minimum deux heures pour que deux Rafales armés de missiles et leur ravitailleur arrivent en provenance de N'Djaména (Tchad). Et le coût est exorbitant. Du coup, l’état-major français ne cache plus son agacement face aux atermoiements éthiques.

Vous tirez un missile guidé avec un avion de combat, parfois sans voir la cible, tout le monde applaudit. Vous tirez sur la même cible avec un drone et tout le monde crie au loup. J’ai pas bien compris…

Général Denis Mercier, ancien chef d'état-major de l'armée de l'air

lors d'une conférence en mai 2015

Le successeur du général Mercier, le général Lanata, estime lui dans le magazine spécialisé DSI que le drone armé se révèle "particulièrement adapté à la fugacité des adversaires que nous combattons aujourd’hui". L'armement des drones serait ainsi bien ancré dans l'esprit des soldats français, comme le confirme à francetv info Philippe Chapleau, journaliste à Ouest-France et auteur du blog Lignes de défense : "Ils se disent que s'ils avaient eu des drones armés en Afghanistan, il y aurait peut-être eu moins de morts dans les rangs français."

Reste un problème : "Avoir des drones, c’est une chose ; avoir des pilotes, c’en est une autre", observe Gwendal Rouillard, députés PS et secrétaire de la commission de la défense de l’Assemblée, interrogé par francetv info. "Et aujourd’hui, on n'a pas suffisamment de pilotes." Les forces armées françaises font en effet face à des restrictions d'effectifs, alors que le nombre de missions est en forte augmentation. Or, "les drones demandent paradoxalement un volume humain très important", explique une source au sein de l'armée de l'air à francetv info.

Par ailleurs, les pilotes de Reaper sont formés pendant cinq mois aux Etats-Unis et, pour faire face aux besoins, l'état-major français compte demander à Washington d'accélerer le mouvement, détaille Le Monde. Problème : la France doit faire la queue comme d'autres pays-clients et surtout, les Américains sont eux-mêmes en manque de pilotes formés.

Pour les industriels, l'avenir est à l'armement du drone

Aujourd’hui, 72% du marché mondial des drones est militaire, selon les experts américains du Teal Group, qui prévoient un triplement des investissements dans ces technologies d’ici dix ans. Les modèles, qui vont du drone miniature au drone géant de plusieurs tonnes, sont pour la plupart utilisés pour des missions de renseignement et de surveillance. Les Etats-Unis et Israël sont les leaders du marché et les principaux producteurs d’UAV armés. Mais des pays comme la Chine, l’Iran, ou l’Afrique du Sud se positionnent également sur ce secteur prometteur.

(SOURCES : NEWAMERICA et FRANCETV INFO)

Aujourd'hui, une douzaine de pays possèdent des drones armés. Et très prochainement, l’Australie, le Canada, la Pologne, la Russie et l’Allemagne vont y venir. On finira probablement par suivre le mouvement, mais pour ça, il faut des moyens.

Philippe Gros, chargé de recherche pour la Fondation pour la recherche stratégique

à francetv info

Pour l’heure, la France tente de rattraper le train qu’elle a raté dans les années 1990-2000, période pendant laquelle politiques, industriels et militaires ont été incapables de s’entendre sur un projet de drone ambitieux. Du coup, Paris mise aujourd’hui sur les capacités ISR (intelligence-surveillance-renseignement) avant de penser à armer ses drones à court terme. L'appel d’offres remporté en janvier par le Patroller de Sagem, un drone tactique qui équipera l’armée française en 2019, en atteste. Il n’est pas possible de lui faire transporter des armes, contrairement à son concurrent recalé, le Watchkeeper de Thales.

En théorie, les Reapers employés au Sahel sont, eux, équipables de missiles. Selon la dernière loi de programmation militaire, l’armée française en possédera douze exemplaires en 2019, un minimum pour remplir les nombreuses missions qui leur seront confiées. Mais pour armer ces appareils, il faut avoir le feu vert de Washington. Or l’Italie a dû attendre quatre ans pour obtenir cette autorisation du département d’Etat américain, conditionnée "aux intérêts de la sécurité nationale des Etats-Unis". Si la France demandait finalement aux Américains des Reapers armables, cela pourrait retarder les livraisons tant attendues par l'armée.

A plus long terme en revanche, la France veut en même temps retrouver son indépendance stratégique et investir dans un type d’appareil qui sera armé.

Le Rafale devrait être obsolète vers 2040. D’ici là, il faut travailler sur l’avion du futur, et l’avenir, c’est le drone de combat.

Une source industrielle

à francetv info

Le nEUROn, drone de combat de Dassault, ici en plein vol d\'essai au-dessus de la Sardaigne, en août 2015.
Le nEUROn, drone de combat de Dassault, ici en plein vol d'essai au-dessus de la Sardaigne, en août 2015. (DASSAULT AVIATION)

Au moins deux projets impliquant des industriels français ne font eux aucun mystère sur leur capacité à travailler sur des drones équipés d’armes. Le nEUROn, drone de combat ultra-sophistiqué de Dassault, utilisé par l'armée de l'Air en public le 5 juin, a déjà testé — et réussi  le largage d’une bombe de 250 kg en septembre dernier en Suède.

Un test de largage d\'une bombe depuis le nEUROn, le démonstrateur du futur drone de combat de Dassault, a été menée en septembre 2015 en Suède.
Un test de largage d'une bombe depuis le nEUROn, le démonstrateur du futur drone de combat de Dassault, a été menée en septembre 2015 en Suède. (DASSAULT AVIATION)

Le FCAS (Future Combat Air System) n’est pour l'heure qu’une élégante silhouette en image de synthèse, insérée dans un clip de promotion de ce projet franco-britannique. Mais cette silhouette est déjà bien équipée d'une soute à missiles. Le 3 mars, à l'occasion d’un sommet commun, Paris et Londres ont annoncé l’investissement de deux milliards d’euros pour développer, d'ici 2025, un démonstrateur de ce type de drone de combat baptisé Ucas (pour "Unmanned Combat Air System").

"Aujourd’hui, les industriels, les politiques et les militaires, tout le monde va dans la même direction, affirme le député Gwendal Rouillard. Jean-Yves Le Drian œuvre en ce sens, il y croit beaucoup", ajoute ce proche du ministre de la Défense. L'élu met également en avant le récent projet Male 2020, a priori un drone non armé, qui implique des firmes françaises, allemandes et italiennes.

Sauf que ce projet, lancé en 2014, en est toujours au stade des intentions et suscite de nombreuses interrogations. "Sur un drone de surveillance comme le Male 2020, on a déjà du mal à s’entendre, alors si on doit parler de drone de combat armé européen, c’est pas gagné", redoute Bertrand Slaski, du CEIS.

Plus que de possibles désaccords stratégiques, c'est le coût des drones de combat qui pourrait être dissuasif.

Même si leur exploitation s’avère moins chère, le coût d’acquisition de ces drones du futur risque d’être énorme, bien plus élevé que ceux des avions de chasse.

Philippe Gros, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique

à francetv info

"D’après moi, l'armée française devrait plutôt acquérir, à plus court terme, un drone armé, de type Reaper, qui vole dans un environnement permissif, sans défense anti-aérienne, poursuit Philippe Gros. Il serait préférable de travailler à d’autres solutions qu’un drone furtif hyper-sophistiqué mais ruineux."

Pour les politiques, un travail éthique reste à faire

"Je reconnais que Jean-Yves Le Drian a bien réagi avec l'achat des Reapers. Mais maintenant, on ne peut plus tergiverser ; il faut trancher, il faut armer nos drones". Interrogé par francetv info, le député LR Yves Fromion regrette la prudence du ministre de la Défense sur cette question. Si le locataire de l'hôtel de Brienne prend autant de précaution, c'est que l'armement des drones est un thème éthiquement sulfureux.

L’exemple des Reapers, envoyés par la CIA en Afghanistan, au Yémen ou en Somalie pour y mener des des assassinats ciblés, colle aux basques du concept de drone armé. Les nombreux civils innocents tués lors de ces opérations sont régulièrement dénoncés outre-Atlantique (par The Bureau of Investigative Journalism, par exemple), notamment les "patterns of life", l’élimination de personnes non identifiées au comportement jugé suspect, comme le détaille The Intercept (en anglais). Des pratiques qui "peuvent conduire aux bavures et à l’humiliation de la population", estime Gwendal Rouillard.

Des Pakistanais manifestant, le 31 octobre 2014 à Multan, contre une frappe de drone américain perpétrée la veille dans le Waziristan.
Des Pakistanais manifestant, le 31 octobre 2014 à Multan, contre une frappe de drone américain perpétrée la veille dans le Waziristan. (SS MIRZA / AFP)

En France, La théorie du drone (La Fabrique, 2013), du philosophe Grégoire Chamayou, a fait polémique car l'auteur y affirme que posséder des drones armés peut inciter une nation à mener des assassinats ciblés, à l'instar des Etats-Unis. "C'est une confusion énorme entre le moyen, en l'occurrence le drone, la mission d’élimination ciblée et la stratégie de contre-terrorisme, qui sont trois choses différentes, expose Philippe Gros, de la Fondation pour la recherche stratégique. C'est la stratégie qui conditionne la mission, laquelle conditionne le moyen. Certes, il est vrai que le drone a multiplié les options d'élimination pour les Américains. Mais à la base, tout dépend de la stratégie."

L’erreur des Américains, ce n’est pas d’avoir développé des drones armés, c’est d’en avoir confié à la CIA sans doctrine claire.

Pierre Servent, expert en stratégie militaire

à francetv info

Un piège dans lequel l'Hexagone ne tombera pas, si l'on en croit Gwendal Rouillard, le député PS du Morbihan : "La France prend le temps de mettre en place une doctrine d’emploi des drones, d’édicter des règles d’engagement et une éthique de combat adaptée. (…) Comme je l’ai moi-même constaté, des travaux sur ces questions sont actuellement menés à [l’école d’officiers de] Saint-Cyr-Coëtquidan et dans les écoles de l’armée de l’air."

Personne n’imagine de toute façon un pilote français procéder à des actes ne respectant pas le droit international.

Certains pilotes français expliquent que, dans les opérations menées dans le cadre de coalitions, notre cadre d'action est parmi les plus contraignants, qu'il s'agisse de l'identification de l'objectif, des 'règles d'engagement' et de la gestion des risques de pertes civiles.

Philippe Gros, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique

à francetv info

Sont également pointés du doigt les traumatismes psychologiques dont témoignent les pilotes américains, qui mènent ces missions depuis un bureau situé à 10 000 km de leurs cibles, comme le raconte le Guardian (en anglais) ou encore le film Good Kill. Un phénomène à l'origine d'une crise des vocations, outre-Atlantique, pour ce type de pilotage .

L'armée de l'air française dit avoir un mode opératoire qui la protège de ces dérives : "Les Américains pilotent tous leurs drones depuis les Etats-Unis, un peu à la chaîne, alors que l'analyse des données se fait ailleurs. Les pilotes ne savent pas toujours comment ça se termine. Nous, nous avons choisi de déployer tout le monde sur le théâtre d'opération. Pilotes et officiers de liaison sont ensemble dans la station de contrôle du drone, pour qu'ils s'imprègnent tous de la mission et se sentent impliqués. Ça a donné de très bons résultats, à l'image du repérage de l'otage néerlandais qui a été libéré [en avril 2015 au Mali] grâce à un Reaper français."

Si éthiquement, la France semble presque prête à passer le pas de l'armement des drones, il reste néanmoins de nombreuses étapes à franchir. Mais le calendrier pourrait s’accélérer, car les militaires français font face à un problème : pour des questions de budget, le Livre blanc sur la défense de 2013 prévoit de faire passer la flotte de 280 à 225 avions de chasse d’ici à 2019. Une situation qui pourrait finir de convaincre les autorités d'armer des drones, pour que l'armée française puisse remplir les missions qu'on lui a confiées et qu'elle continue à peser stratégiquement.