Budget : les inquiétudes de l'armée

Après l'annonce du tour de vis attendu au ministère de la Défense, près de 900 millions d'euros de crédits annulés pour l'armée, le chef d'état-major des armées a fait part de son mécontentement ce mercredi 12 juillet au matin.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'armée française au régime sec : les opérations au Mali, en Irak, en Syrie ou encore en France, avec Sentinelle, ont coûté plus cher que prévu. Le ministère des Armées va devoir trouver d'ici la fin de l'année 850 millions d'économies. L'arbitrage budgétaire du gouvernement a provoqué la colère du chef d'état-major des armées devant les députés : "Le grand écart entre les objectifs assignés à nos forces et les moyens alloués n'est plus tenable".

Moins d'entraînement, moins d'équipements

Qui va devoir se serrer la ceinture et comment ? Selon Michel Goya, ancien colonel spécialiste des questions de défense, "il va faire un peu moins d'entrainement, il y aura un peu moins d'heures de vol pour les pilotes, ce qui pourra poser un certain nombre de problèmes, mais aussi moins d'équipement". Dans l'opposition, toutes les voix concordent pour dénoncer ces coupes. Des restrictions qui jettent un doute sur la promesse présidentielle de consacrer 2% du PIB à la défense d'ici 2025.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre des Armées, Florence Parly, prend la place de Sylvie Goulard, lors d\'une cérémonie à l\'hôtel de Brienne, à Paris, le 21 juin 2017.
La ministre des Armées, Florence Parly, prend la place de Sylvie Goulard, lors d'une cérémonie à l'hôtel de Brienne, à Paris, le 21 juin 2017. (BENJAMIN CREMEL / AFP)