Protectionnisme : l'exemple de la Suisse

Les Suisses ont mis en place des barrières commerciales, mais comment et avec quelle efficacité ? France 2 tente d'y répondre.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans la région de Lausanne, en Suisse, sur 350 hectares, des serres à perte de vue. Le plus grand producteur de fruits et légumes du pays. Une entreprise qui profite à plein du protectionnisme suisse. Comme pour cette salade de mâche, ou plutôt, rampon, comme on l'appelle de ce côté des Alpes. Ici, 5 tonnes sortent des serres chaque semaine. Et en Suisse, il n'y a rien de plus cher que la main d'oeuvre. Le salaire minimum, pour un ouvrier agricole, est à 3 214 euros bruts par mois. 

Un système de quotas

Seule solution pour être compétitif : taxer la mâche étrangère qui concurrence le rampon suisse. Lorsque les agriculteurs suisses produisent assez de légumes, pour répondre à la demande, une barrière douanière est installée à l'entrée du pays. La mâche étrangère se voit alors taxée jusqu'à 16 480 euros par tonne. Les importations deviennent hors de prix et les producteurs suisses en profitent pour vendre. Inversement, si la culture helvète n'est pas suffisante pour couvrir les besoins, des quotas d'importation sont autorisés. Aucune taxe, la mâche étrangère peut entrer en suisse.
Le JT
Les autres sujets du JT
Un drapeau helvète flotte sur les bords du Lac Léman, à Genève (Suisse), le 14 juin 2013.
Un drapeau helvète flotte sur les bords du Lac Léman, à Genève (Suisse), le 14 juin 2013. (FABRICE COFFRINI / AFP)