Produits AOP : les pratiques inquiétantes des fromagers

Pouvons-nous vraiment faire confiance aux Appelations d'origine protégée (AOP) ? Envoyé Spécial a enquêté sur les pratiques des fromagers et le résultat est inquiétant.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'Auvergne et ses collines verdoyantes, ses vaches ainsi que ses petits producteurs de fromage. Au détour d'un virage se trouve une grande usine : les fromageries Occitanes. Cette marque appartient au groupe Sodiaal, géant français de l'agro-alimentaire. Près de la moitié du Cantal AOP consommé en France est fabriquée à l'intérieur de cette usine. Les chaînes de montage débitent 6 000 tonnes de cantal par an, au lait pasteurisé. Aujourd'hui, 45 fromages bénéficient du label AOP. En réalité, les grands groupes ont croqué la majorité des AOP.

70% des fromages AOP seraient industriels

Depuis dix ans, la journaliste gastronomique Véronique Richez-Lerouge mène son enquête. D'après ses calculs, 70% des fromages AOP seraient industriels et gagnent les étals de nos crémiers et de nos supermarchés. Le fromage est pourtant vendu le même prix qu'un fromage artisanal, soit 18 euros le kilo pour le cantal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les autorités sanitaires chinoises bloquent l\'importation de plusieurs fromages étrangers, notamment français, comme le roquefort, fromage traditionnel fabriqué avec du lait de brebis de l\'Aveyron.
Les autorités sanitaires chinoises bloquent l'importation de plusieurs fromages étrangers, notamment français, comme le roquefort, fromage traditionnel fabriqué avec du lait de brebis de l'Aveyron. (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)