Occitanie : les aides réduites à l'agriculture bio sèment la colère dans les exploitations

Dans le département du Gers, les aides à la conversion en agriculture biologique ont été réduites en raison d'une demande inattendue. Les agriculteurs estiment avoir été floués par leur conseil régional. 

Un agriculteur au volant d\'un tracteur dans une exploitation de Lectoure, dans le Gers. 
Un agriculteur au volant d'un tracteur dans une exploitation de Lectoure, dans le Gers.  (REMY GABALDA / AFP)
logo
Stéphane IglésisfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La région Occitanie est la première région bio de France et le Gers le premier département pour l’agriculture biologique. Avec des primes de 300 euros à l’hectare en 2015, les exploitants s’étaient lancés confiants.

Un changement ressenti comme un retour en arrière

Jérémie de Ré, 27 ans est le secrétaire général des Jeunes agriculteurs du Gers, et il refuse de payer l’incurie des politiques et des services de l’Etat. "On a eu vraiment un retour en arrière clair net et précis de la région," explique-t-il. En 2015, la région Occitanie avait promis 300 euros sur cinq ans de subventions à l'hectare pour réaliser une conversion à l'agriculture biologique. Quelques mois plus tard, en avril 2016, elle restreint ces aides à 30 000 euros par exploitation. 

Ils ont été submergés dans le département, et plus généralement en Occitanie.

Jérémie de Ré, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs

à franceinfo

"Nous avons été victimes de notre succès", précise Vincent Labarthe, vice-président en charge de l’agriculture pour la région. 27% des exploitations de l’ex-région Midi-Pyrénées sont passées au bio, contre une moyenne en France de 7%. Avec l'instauration du plafond, il reconnaît une disparité entre les grosses et les petites exploitations. "Les plafonds s'adressent plus facilement aux grosses exploitations qu'aux petites", dit-il. 

Les agriculteurs critiquent les plafonds

Avec cette mesure, les exploitations de moins de 100 hectares reçoivent 300 euros de subventions, mais celles de 300 hectares ne touchent que 100 euros.  "Notre chère Carole Delga, présidente de la région, a décidé par effet rétroactif de minimiser cette aide à l'hectare et de la plafonner à 30 000 euros à partir du moment où vous avez plus de 100 hectares," dénonce Oscar Coupey, président du collectif Ferme pour nos Fermes et propriétaire d'une exploitation à La Romieu dans le Gers.

Les agriculteurs soulignent qu’en 2017, ils n’ont toujours pas reçu le solde des aides politiques agricoles communes de 2015 et, qu'en plus, la gestion informatique des dossiers en 2015 et 2016 s’est faite en Inde pour le compte de l’Etat, ce qui a aggravé, selon eux, les délais de paiement.

Occitanie : les aides réduites à l'agriculture bio sèment la colère dans les exploitations

00:00-00:00

audio
vidéo