Environnement : quand les éleveurs mettent en place des techniques pour limiter les gaz à effet de serre

En pâturant, les vaches dégagent du méthane, les éleveurs en sont conscients et certains d'entre eux mettent en place des règles pour alléger leur bilan carbone.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

En France, les vaches polluent autant que 15 millions de voitures. Alors comme plusieurs milliers d'exploitations en Europe, certains éleveurs ont décidé d'évaluer leurs gaz à effet de serre. Bruno Dufayet est éleveur de vaches Salers dans le Cantal. Son troupeau de 60 bêtes broute l'herbe auvergnate neuf mois sur 12 et produit donc en masse du méthane. L'éleveur a pourtant un avantage de taille. Il compense ses émissions de méthane grâce à l'herbe qui pousse en permanence.
C'est cette herbe, préalablement séchée qui nourrit ses vaches. Un achat alourdit néanmoins son bilan carbone, les céréales qu'il donne à ses bêtes. "Ce sont les 5% d'aliments que je ne produis pas sur ma ferme et que je donne aux animaux les plus jeunes. J'envisage de produire ces céréales pour éviter d'acheter, éviter les gaz à effet de serre", explique Bruno Dufayet. Bilan, grâce à ses prairies, il compense pour moitié des émissions de gaz à effet de serre.

La nature en appui

Jean-Marc Burette élève des vaches laitières dans le Pas-de-Calais. Ces vaches ne sortent que l'été, car ici il y a peu de prairies. L'éleveur nourrit ses animaux avec du maïs, une culture qui émet des gaz à effet de serre, rien qu'en consommation du carburant. Pour diminuer cette consommation, Jean-Marc Burette a adopté une technique sans labour de la terre. Grâce à l'avoine qui pousse ici avant le maïs, les vers de terre pullulent et remplacent les machines mécaniques en labourant elles-mêmes la terre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le cheptel de Sébastien Peault à vendre sur le site Le Bon Coin se compose d'environ 90 vaches.
Le cheptel de Sébastien Peault à vendre sur le site Le Bon Coin se compose d'environ 90 vaches. (MAXPPP)