En surproduction, la France ne sait plus que faire de ses melons

Les producteurs de melons français connaissent une crise, en plein été. Les raisons cumulées : une consommation en baisse, des prix en chute libre et une concurrence de plus en plus importante, notamment en provenance d'Espagne.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Aujourd'hui, Bernard Borredon ne récoltera pas de melons dans sa parcelle, située à Montlauzin (Lot). Les prix sont en baisse et la cueillette n'est plus rentable. Il perd environ 20 centimes au kilo et ne couvre donc plus ses frais de production. En France, chaque jour, 8 000 tonnes de melons sont produites. Or, il ne s'en consomme que 5 000. Une surproduction due aux chaleurs précoces. Au marché de Moncuq (Lot), les melons débordent des étals.

Les producteurs espèrent que le beau temps perdurera

Une opulence à laquelle il faut ajouter la concurrence espagnole. Sur ce marché de pays, le melon étranger est tout de même rare contrairement à certains supermarchés. Mais quelle que soit la provenance, la clientèle est attentive au juste prix. Les producteurs français ont un espoir : qu'un temps estival dope la consommation et leur permette d'équilibrer leurs comptes, tout comme en 2013 et 2015, précédentes années de surproduction.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux a organisé le 22 août 2012 à Paris la vente \"au juste prix\" de fruits et légumes pour dénoncer \"les marges abusives\" des grandes surfaces.
La Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux a organisé le 22 août 2012 à Paris la vente "au juste prix" de fruits et légumes pour dénoncer "les marges abusives" des grandes surfaces. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)