VIDEO. François Hollande : la loi sur la grande distribution "doit être revue"

Le président a fait cette annonce alors que les négociations tarifaires annuelles entre les acheteurs de la grande distribution et leurs fournisseurs s'achèvent dans deux jours, dans un climat de tension.

Voir la vidéo
FRANCE TELEVISIONS
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

François Hollande a affirmé, samedi 27 février, au Salon de l'agriculture à Paris, qu'il fallait faire pression sur la grande distribution et revoir la loi de modernisation de l'économie (LME). Cette loi a été adoptée en 2008 et a réformé les relations commerciales entre distributeurs et fournisseurs.

>> Suivez notre direct sur le Salon de l'agriculture

"Il y a des pressions qu'il faut exercer ici en France sur la grande distribution", accusée de contribuer à faire chuter les prix payés aux éleveurs, a déclaré le chef de l'Etat à la presse. "Une loi a été votée il y a quelques années", a-t-il rappelé, faisant ainsi allusion à la LME, adoptée durant le précédent quinquennat. "Elle doit être revue", a-t-il ajouté.

"Je ne veux pas que ce soient les agriculteurs qui soient les victimes"

"Il n'est pas possible, si dans quelques jours il n'y a pas un accord entre les grands distributeurs, et les éleveurs notamment, et les producteur laitiers, (...) de garder cette loi. Elle sera modifiée. Je ne veux pas que ce soient les agriculteurs qui soient les victimes d'organisations qui font pression pour que les prix soient toujours les plus bas", a indiqué le président.

Le chef de l'Etat a aussi déclaré : "Les cris de détresse, je les entends." C'est ainsi que François Hollande répond aux sifflets qui l'ont accueilli, à son arrivée au salon.

Le président de la République François Hollande et en arrière-plan le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, le 27 février 2016 au Salon de l'agriculture à Paris.
Le président de la République François Hollande et en arrière-plan le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, le 27 février 2016 au Salon de l'agriculture à Paris. (BENOIT TESSIER / AFP)