VIDEO. Au Salon de l'agriculture, un éleveur interpelle l'ancien ministre Bruno Le Maire sur le prix de la viande

L'échange entre l'ancien ministre de l'Agriculture, qui arpente le salon pendant trois jours, et l'agriculteur.

YOUTUBE
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les politiques de droite et de gauche défilent au Salon de l'agriculture de Paris face à des professionnels en pleine crise. Bruno Le Maire, ancien ministre de l'Agriculture et candidat déclaré aux primaires de la droite et du centre, a été interpellé, mardi 1er mars, par un éleveur mécontent des prix de la viande.

L'échange entre l'ancien ministre, qui arpente les allées du salon pendant trois jours, et l'éleveur a été filmé.

"C'est vous qui avez enclenché ce système !"

 "Monsieur le ministre, aujourd'hui, on a des producteurs qui ne sont plus protégés, qui ne peuvent plus faire respecter leurs actes de travail (...), des producteurs qui, dans les relations commerciales, devraient au moins faire respecter leurs coûts de production, et ça, c'est vous, monsieur le ministre, à travers la LME (loi de modernisation de l'économie). C'est vous, monsieur le ministre, qui avait enclenché ce système, pas seul bien entendu, mais c'est vous qui l'avez accentué."

L'éleveur, un faux billet de 100 euros dans les mains, explique que quand un consommateur dépense cette somme en viande, seuls 8 euros vont dans la poche de l'éleveur. "Ce n'est pas moi qui ait fait la loi", s'est défendu Bruno Le Maire. 

Effectivement, la LME ou loi de modernisation de l'économie a été adoptée en 2008 sous le mandat de Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire a été ministre de l'Agriculture de 2009 à 2012. Cette loi instaure la liberté de négociation des prix entre les centrales d'achat des grandes surfaces et leurs fournisseurs.

L'ancien ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire (à droite) écoute les revendications d'un éleveur au Salon de l'agriculture, le 1er mars 2016, à Paris.
L'ancien ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire (à droite) écoute les revendications d'un éleveur au Salon de l'agriculture, le 1er mars 2016, à Paris. (FRANCE 3 AUVERGNE)