VIDEO. Crise des éleveurs : "Si on veut s'en sortir, on est obligé de faire du bruit"

Plusieurs rassemblements d'éleveurs ont à nouveau eu lieu vendredi 22 janvier, notamment à Saint-Malo et à Rennes (Ille-et-Vilaine). Un agriculteur témoigne de ses difficultés sur France 2.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Plusieurs actions ont à nouveau eu lieu en Bretagne, vendredi 22 janvier, pour protester contre des cours du lait à la baisse Les éleveurs rejettent "les mesurettes du gouvernement".

Antoine Sauvet, 25 ans, est de ceux-là. Il a quitté la manifestation à temps pour pouvoir traire ses soixante vaches. Producteur de lait comme son père, il est convaincu que l'épreuve de force est nécessaire. "Quand mon père s'est installé, le voisinage était parsemé de fermes laitières. Aujourd'hui, cinq ans, après, je suis le dernier."

L'explication : un prix du lait trop bas, à 29 centimes le litre aujourd'hui, alors qu'il faudrait le vendre 7 centimes plus cher pour arrêter de perdre de l'argent.

"J'espère être encore éleveur dans dix ans"

En septembre dernier, Antoine avait manifesté jusqu'à Paris. A la clé, un accord sur les prix et une enveloppe promise par le gouvernement. Pourtant, la crise, il n'en voit pas la fin. Quatre mois plus tard, il n'a pas reçu toutes les aides et les prix sont déjà retombés. "Quand j'ai commencé, j'étais sûr d'être agriculteur dix ans après. Aujourd'hui, j'espère l'être encore." Lui et les éleveurs bretons promettent de multiplier les manifestations pour sauver leurs fermes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des agriculteurs manifestent sur la RN12 près de Guingamp (Côtes-d'Armor), le 22 janvier 2016.
Des agriculteurs manifestent sur la RN12 près de Guingamp (Côtes-d'Armor), le 22 janvier 2016. (MAXPPP)