Ile-de-France : les campagnes grignotées

Les surfaces agricoles composent plus de la moitié de l'Ile-de-France.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Si l'Ile-de-France est composée pour moitié de surfaces agricoles, la campagne est peu à peu grignotée par la pression urbaine. À Saint-Thibault-des-Vignes (Seine-et-Marne), la ferme de Brigitte Brodier est un îlot de nature dans un océan de construction. En 20 ans, l'éleveuse a vu les alentours de ses terres se métamorphoser. "Sur une période d'une vingtaine d'années, ici il y a une zone industrielle et artisanale et ici, ce sont des résidences qui ont vu le jour", indique-t-elle.

De la vente directe

Ce phénomène concerne toute l'Ile-de-France. Celle-ci a perdu en 20 ans 30 000 hectares de terres agricoles, l'équivalent de 250 fermes. C'est le résultat d'une course effrénée à l'urbanisation et de l'ambiguïté des institutions quant à l'avenir du territoire. Certains agriculteurs investissent dans des boutiques pour pratiquer la vente directe, un moyen efficace de tirer profit de ces voisins toujours plus nombreux.

Le JT
Les autres sujets du JT