Du lait "responsable", au prix que vous avez choisi, bientôt en supermarché

Après un été de crise, une nouvelle brique de lait va faire son apparition en novembre dans les rayons des supermarchés. Surnommée "C'est qui le patron?", ce lait sera un peu plus cher que les autres mais il permettra de rémunérer correctement les producteurs. Et ce sont les consommateurs qui ont eux-mêmes fixé son prix sur des critères très précis.

Le prix des briques de lait \"La Marque du consommateur\" est décidé par les clients.
Le prix des briques de lait "La Marque du consommateur" est décidé par les clients. (LOIC VENANCE / AFP)
avatar
Sophie AuvignefranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

C'est "La Marque du consommateur" qui a lancé ce projet en février dernier et des milliers d'internautes sont allés répondre aux questions pour permettre à terme de fixer un prix acceptable pour les consommateurs comme pour les producteurs, sur la base d'un cahier des charges très précis : rémunération des producteurs, origine du lait, nombre de mois en pâturage, ogm ou pas, alimentation des vaches, fourrages etc. Le prix augmentant en fonction de certains critères qualitatifs, de 69 centimes à plus d'un euro.  

"Le consommateur décide, du prix et de la qualité du produit. Il retrouve ensuite ce produit en rayon, qu'il achète, en ayant beaucoup plus d'informations qu'avant" explique l'un des initiateurs de ce projet, Nicolas Chabanne. 

"La Marque du consommateur" s'est organisée avec Carrefour. Cette brique de lait sera vendue dans 1200 supermarchés soit cinq à dix millions de litres produits par une cinquantaine d'éleveurs et collectés par la laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel, dans le Loiret.

Ça donne du sens et de la crédibilité à nos productions agricoles

Patron de la laiterie

Les éleveurs comme les consommateurs vont y trouver leur compte explique Emmanuel Vasseneix, le patron de cette laiterie : "D'abord, les producteurs sont à fond quand on leur parle de la valorisation de leur produit. Et là en valorisant le métier, en considérant les gens, en les impliquant aussi dans la vente, ces gens-là vont faire des choix entièrement forts... Et ce que je constate avec le temps c'est que les consommateurs  adhèrent aux-aussi à nos projets. Ils disent 'oui j'ai compris, c'est ce produit là que je prends, je le paie peut-être un peu plus cher, mais je sais qu'il a été fabriqué dans telle et telle conditions'. Ça donne du sens et de la crédibilité à nos productions agricoles."

Cette bouteille de lait devrait arriver dans nos supermarchés au mois de novembre. Elle sera déjà présentée en octobre au Salon International de l'Alimentation, l'une des vitrines de l'agroalimentaire français. 

On a déjà en préparation des choses autour du jambon et de la pizza

La Marque du consommateur

"On renverse le système, on réinvente la consommation, en fonction de nos choix et de nos attentes" conclut Nicolas Chabanne, de La Marque du consommateur. "On espère pouvoir le faire avec l'ensemble des produits de consommation, on a déjà en préparation des choses autour du jambon et de la pizza."

Nicolas Chabanne n'en est pas à sa première initiative dans le monde de la consommation. Il est aussi derrière les "Gueules cassées", cette idée de mettre en avant les légumes "moches", écartés des supermarchés car un peu déformés ou biscornus.

Le reportage de Sophie Auvigne
--'--
--'--