Désabusé, un éleveur charentais vend ses vaches laitières sur Le Bon Coin

Las de travailler à perte, un agriculteur de 29 ans a mis en vente une partie de son cheptel de vaches laitières sur le site internet. 

Le cheptel de Sébastien Peault à vendre sur le site Le Bon Coin se compose d\'environ 90 vaches.
Le cheptel de Sébastien Peault à vendre sur le site Le Bon Coin se compose d'environ 90 vaches. (MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Vente cause arrêt : 50 vaches laitières, 38 génisses. Echange possible contre cheptel limousin, 20 mères et 20 génisses prêtes à saillir." Las de travailler à perte, un agriculteur charentais de 29 ans a mis en vente une partie de son cheptel de vaches laitières. Si sa décision n'a rien de surprenant dans ce secteur en crise, c'est la méthode qui étonne : les vaches sont à vendre 125 000 euros sur Le Bon Coin

Le troupeau de Sébastien Peault compte 97 laitières et 60 génisses, selon Charente libre, qui raconte son histoire mardi 6 octobre. "Il faut se serrer la ceinture. Il y a toujours des emprunts, il faut pallier les charges", regrette l’agriculteur, papa d'un enfant de 2 ans. Pour réduire la facture, Sébastien Peault "a remplacé le soja pur par un mélange avec colza et tournesol, et cultivé de la luzerne, du ray-grass et du trèfle incarnat pour l’apport en protéines, mais cela ne suffit pas", selon le quotidien local.

Une pratique de plus en plus répandue chez les éleveurs

Pour l'éleveur, le choix du Bon Coin comme lieu de vente est une réelle opportunité. "C'est un site connu. On y vend des vêtements, des voitures... Pourquoi ne pas vendre des vaches ?" s'interroge-t-il face aux caméras de TF1, qui lui consacrent un reportage, mercredi. Les quelques contacts qu'il a eus n'ont encore rien donné, selon la chaîne, mais il espère ainsi "sortir des circuits traditionnels" et toucher un acquéreur potentiel.

Du reste, sa démarche n'a rien d'exceptionnel. A quelques kilomètres de cette exploitation, 120 agneaux sont proposés à la vente par un autre éleveur sur le même site. "Ça marche pas trop mal. Les gens appellent, se renseignent, témoigne Yaël Micheau sur TF1. Ça permet de nous faire connaître, et, d'une année à l'autre, les gens savent que j'ai des animaux à vendre"