Crise des agriculteurs : perquisition à Carrefour, accusé de pratiques commerciales illégales

Plusieurs fournisseurs reprochent au groupe de leur imposer des remises significatives comme préalable à la négociation commerciale.

Le groupe risquerait, en théorie, une amende pouvant atteindre jusqu'à 5% du chiffre d'affaires.
Le groupe risquerait, en théorie, une amende pouvant atteindre jusqu'à 5% du chiffre d'affaires. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Mis à jour le , publié le

Le groupe de grande distribution Carrefour a fait l'objet d'une perquisition début février, concernant des négociations commerciales en cours avec ses fournisseurs, a indiqué l'enseigne dimanche 14 février. Plusieurs fournisseurs lui reprochent de leur imposer des remises significatives comme préalable à la négociation commerciale, explique le Figaro.

Une amende pouvant atteindre 5% du chiffre d'affaires

Selon le Journal du Dimanche, le groupe fait l'objet d'une enquête de plusieurs semaines avant que Bercy ne décide de l'assigner en justice ou non. Le groupe risquerait, en théorie, une amende pouvant atteindre jusqu'à 5% du chiffre d'affaires.

Le gouvernement a menacé la grande distribution et les industriels de durcir la réglementation encadrant les négociations commerciales avec les producteurs agricoles, souffrant des baisses successives des prix. La menace brandie par le gouvernement survient dans un contexte de vives tensions. Les agriculteurs ont multiplié ces dernières semaines les actions pour réclamer des réponses à leurs difficultés économiques.