Alimentation : la filière porcine se convertit doucement au bio

Les Français, qui consomment chacun 34 kilos de porc par an, sont pourtant de plus en plus défiants envers la filière porcine. 

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Avec ces 450 spécialités, la charcuterie est l'emblème du terroir français. Mais la méfiance grandissante des consommateurs envers la filière fait baisser les ventes depuis près de deux ans. Les marques n'ont pas tardé à réagir, proposant des produits moins salés, moins gras, sans nitrite et sans antibiotiques. Un argument marketing et une exigence supplémentaire pour les éleveurs.

Homéopathie et huiles essentielles

En Bretagne, Bruno Hamon a choisi de modifier ses pratiques, à l'instar de 300 éleveurs de sa coopérative. Pour soigner ses cochons, l'éleveur est désormais adepte de la médecine douce. Il utilise donc un traitement homéopathique pour les truies et diffuse des huiles essentielles pour assainir le bâtiment. Bruno Hamon a également modifié l'alimentation de ses cochons avec des produits plus locaux et naturels. Un changement qui a payé puisqu'il parvient à vendre ses cochons environ 7% plus chers. En France, moins de 1% de la filière porcine s'est convertie au bio.
Le JT
Les autres sujets du JT
Elevage porcin dans le Finistère le 27 mai 2013. Au moment où les cochons sont nourris, le niveau sonore atteint entre 121 et 133 décibels.
Elevage porcin dans le Finistère le 27 mai 2013. Au moment où les cochons sont nourris, le niveau sonore atteint entre 121 et 133 décibels. (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)