Jours fériés, 35 heures, smic, travail dominical… le Medef reporte ses annonces d'une semaine

L'organisation patronale détaille les mesures qu'elle préconise dans son projet visant à créer un million d'emplois en France. Face au tollé, lundi, elle retarde la présentation de ses propositions.

Le président du Medef, Pierre Gattaz, le 27 août 2014 à l'université d'été de l'organisation patronale, à Jouy-en-Josas (Yvelines).
Le président du Medef, Pierre Gattaz, le 27 août 2014 à l'université d'été de l'organisation patronale, à Jouy-en-Josas (Yvelines). (FRED DUFOUR / AFP)

Mis à jour le , publié le

Ces propositions "apparaîtront certainement agressives ou caricaturales à certains", reconnaît le Medef. Dévoilé dimanche 14 septembre par Les Echos (article payant), le document rédigé par l'organisation patronale, qui compte une cinquantaine de pages, est intitulé "Comment relancer la dynamique de création d'emplois en France ?". Il liste une série de mesures que le Medef juge nécessaire de mettre en œuvre pour créer un million d'emplois. Les Echos précisent que "chaque mesure, qu'elle soit d'ordre social, fiscal et parfois très sectorielle, est quantifiée en termes de créations d'emplois attendues".

Un porte-parole du Medef a précisé qu'il s'agissait d'"éléments de travail" qui "ne correspondent pas exactement aux propositions que fera le Medef" mercredi. Sur Twitter, un journaliste du Monde a également confirmé également. Le Medef a finalement annoncé reporter d'une semaine, au 24 septembre, les propositions de son projet.

Suppression de certains jours fériés, dérogations à la durée légale du travail ou au salaire minimum… Voici les mesures chocs proposées par le Medef.

Supprimer des jours fériés

Pour créer 1% de croissance et 100 000 emplois, le Medef propose de supprimer deux jours fériés sur onze, selon Les Echos. Le patronat estime que "les complexités d'organisation qu'ils induisent sont un un frein à la croissance et donc à l'emploi".

Créer un salaire inférieur au smic

Le patronat espère créer de 50 000 à 100 000 emplois sur cinq ans en dérogeant au smic pour certaines catégories de demandeurs d'emploi. La proposition, déjà évoquée par Pierre Gattaz au printemps dernier, avait provoqué la colère des syndicats et du gouvernement, rappelle le quotidien économique. Elle consisterait notamment à instaurer un salaire transitoire inférieur au smic pour les "populations les plus éloignées de l'emploi et qui pourrait être complété par des allocations sociales afin de garantir un pouvoir d'achat équivalent au smic". Sur son compte Twitter, le Medef nuance cette proposition.

 

 

Modifier les seuils sociaux

Le Medef préconise un "lissage" des seuils sociaux afin de créer 50 000 à 100 000 emplois sur trois ans. "En fonction du nombre de salariés, les entreprises ont des obligations à respecter, notamment pour encourager le dialogue social", rappelle Le Monde (article abonnés). Pour le patronat, ces obligations (élection de délégués du personnel, création d'un comité d'entreprise, etc.) sont un frein à l'embauche. Le sujet de l'assouplissement ou de la suspension des seuils sociaux, mis sur la table en mai par le gouvernement et rejeté par la plupart des syndicats, doit faire l'objet d'une négociation à l'automne entre partenaires sociaux.

Ouvrir les commerces le soir et le dimanche

Autoriser les commerces à ouvrir le soir et le dimanche permettrait d'engendrer à terme entre 50 000 et 200 000 emplois nouveaux dans le tourisme, et entre 40 000 et 100 000 dans le commerce et la distribution, estime le Medef. Cette réforme se ferait "en accord avec les salariés qui le désirent ou par accord social d'établissement, d'entreprise ou de branche", ajoute-t-il.

Assouplir les 35 heures

Le Medef souhaiterait en outre "en finir avec le principe d'une durée légale imposée à toutes les entreprises". Il s'agirait de permettre des négociations sur la durée du travail, et donc sur le "seuil de déclenchement des heures supplémentaires", mais aussi sur le taux des majorations horaires et l'aménagement du temps de travail, selon Les Echos.

Baisser les cotisations patronales

Le Medef veut transformer le Crédit d'impôt de compétitivité emploi (CICE) en baisse de cotisations. La proposition, "plus pérenne qu'un crédit d'impôt et surtout plus facile à calculer pour les chefs d'entreprise", ne serait appliquée qu'en 2017.

Généraliser le contrat de chantier à tous les secteurs

Dernière proposition du patronat : mettre en place un "contrat de projet", semblable au contrat de chantier qui existe déjà dans le bâtiment. "Il s'agirait d'un contrat à durée indéterminée qui prendrait fin automatiquement une fois le projet réalisé", indique le Medef.