Fonctionnaires : l'offensive des maires contre l'absentéisme

En dix ans, le taux d'absence des fonctionnaires aurait bondi de 26% dans le public. À tel point que les maires n'hésitent plus à sanctionner les arrêts de travail.

Voir la vidéo
France 2
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les mairies françaises face au défi des arrêts maladie. En moyenne, on dénombre 26,5 jours d'absence par employé municipal chaque année, soit dix de plus que dans le privé. Comment réduire ce phénomène ? À Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), une centaine d'employés municipaux manifestent. Le maire Les Républicains de la ville veut réduire leur prime s'ils sont trop absents pour maladie. Et beaucoup pensent qu'ils seront pénalisés, mais, à la mairie, la première adjointe assume. Son objectif ? Une prise de conscience des agents. À partir de dix jours d'absence, la prime mensuelle sera réduite : -3% par jour d'absence même avec un certificat médical.

Une méthode qui se répand dans les mairies

Frapper au portefeuille pour lutter contre les absences, la méthode se répand dans les mairies avec, parfois, des pénalités encore plus fortes. À Goussainville (Val-d'Oise), le directeur général des services se veut intransigeant. Le barème en vigueur ici depuis six mois est drastique : dès cinq jours d'absence, 10% de prime en moins. Huit jours et c'est -20%. Seules les maladies de longue durée, les hospitalisations et les congés maternité sont exclus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Traitement des arrêts maladie à la Caisse primaire d\'assurance maladie de Blois (Loir-et-Cher), le 29 juin 2009.
Traitement des arrêts maladie à la Caisse primaire d'assurance maladie de Blois (Loir-et-Cher), le 29 juin 2009. (SEBASTIEN GAUDARD / LA NOUVELLE REPUBLIQUE / MAXPPP)