EDF confirme une réduction de 5% de ses effectifs d'ici à 2018, sans licenciement

Le groupe français a annoncé ce pourcentage, jeudi, qui équivaut à 3 350 postes supprimés. La semaine dernière, plusieurs sources syndicales évoquaient au moins 4 000 suppressions de postes.

Le siège du groupe EDF, à la Défense (Hauts-de-Seine), le 4 août 2015.
Le siège du groupe EDF, à la Défense (Hauts-de-Seine), le 4 août 2015. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Mis à jour le , publié le

EDF va réduire ses effectifs de 5% entre 2016 et 2018 pour réduire ses dépenses d'exploitation. Le groupe, détenu à près de 85% par l'Etat, l'a annoncé, jeudi 21 janvier, au terme d'un comité central d'entreprise, confirmant une information avancée par plusieurs sources syndicales la semaine dernière. Celles-ci évoquaient cependant un chiffre plus important : 5,8%. Ces postes seront supprimés sans licenciement, a assuré le groupe.

Environ 3 350 postes supprimés

Le nombre exact de postes concernés est incertain mais EDF a confirmé à l'AFP qu'il s'agissait bien de 5% des effectifs d'EDF SA, qui emploie 67 000 personnes. Ce seraient donc environ 3 350 postes qui seraient concernés. Mais, selon Reuters, le secrétaire du comité central d'entreprise d'EDF, Jean-Luc Magnaval, a plutôt évoqué une fourchette de 2 500 à 4 200 suppressions de postes.

Un programme d'économies de 700 millions d'euros a aussi été annoncé. "Pour s'adapter à son environnement et mettre en œuvre les choix stratégiques, (...) EDF SA optimise ses ressources en diminuant le nombre de recrutements et en réduisant toutes ses dépenses d'exploitation", a expliqué le groupe énergétique.