Pour inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année, François Hollande met l'accent sur la formation. Un chômeur sur deux devra se voir en proposer une, et ce dans un délai de deux mois après la perte de son emploi, a annoncé le chef de l'Etat lundi 4 mars, à Blois (Loir-et-Cher). 

Un système actuel inefficace

Aujourd'hui, seul "un chômeur sur quatre" peut avoir une formation "dans un délai de deux mois", a regretté François Hollande, avant d'ajouter qu'"un chômeur sur quatre p[ouvait] passer quinze mois à Pôle emploi sans se voir offrir une formation".

Dans les faits, tous les chômeurs ont le droit de demander une formation. Un chômeur peut même être radié en cas de refus non motivé d'une formation proposée par Pôle emploi, rappelle le site du ministère du Travail. Mais la réalité est autrement plus complexe. D'après Le Figaro, qui cite un rapport de 2010, sur 44% de demandeurs d'emplois qui sollicitent une formation en entretien, seuls 16% obtiennent une prescription. Et ce n'est pas tout. Lorsque le chômeur obtient une formation, il se passe de nombreux mois avant qu'il n'y assiste. Ainsi, ce rapport du Sénat note que dans 43% des cas, le délai excède les six mois. 

Les propositions du chef de l'Etat

Pour lutter contre, François Hollande a affirmé que "l'objectif" de la réforme de la formation professionnelle prévue par le gouvernement était de permettre "qu'un chômeur sur deux se voit proposer une formation dans un délai de deux mois" après la perte de son emploi. "On va doubler les moyens pour que très rapidement une formation soit proposée", a poursuivi le président. Le projet de réforme de la formation professionnelle devra être "prêt à la fin de l'année" à l'issue d'un processus de concertation avec les partenaires sociaux.

(Francetv info)

François Hollande a aussi promis que le délai entre la perte d'un emploi et l'offre de formation "ne pourrait plus dépasser six mois". Il a fait valoir qu'il s'agissait "d'affecter plus de ressources vers les demandeurs d'emplois" et "de rationaliser les rôles entre régions et Pôle emploi". La région sera "pleinement responsable de la commande des formations", et Pôle emploi du suivi des formations, a-t-il indiqué.